L’industrie automobile américaine


Depuis quelques années les compagnies japonaises font très mal à l’industrie automobile américaine.  Toyota, Honda, Nissan font mal paraître les Ford, Chrysler et GM.

Chrysler survit grace à sa maison-mère Daimler en Allemagne.  Chrysler est officielement en vente, Daimler n’en veut plus après l’avoir acquis en 1998.

Ford réussi à se garder la tête hors de l’eau à cause de la bonne performance des ventes de ses camions mais Ford est trop grasse et est sous observation aux soins intensifs.  Ford a récemment procédé à la vente de quelques divisions, cela lui permettra de garder la tête hors de l’eau encore un petit bout.  Mais à plus long terme une restructuration drastique s’impose.

General Motors est aussi gravement malade.  Pas sur le lit de mort mais disons aux soins intensifs sous intense observation.  Avec une dette à long-terme de 285 milliards américains le patient est loin de prendre du mieux.  Aux livres, en décembre 2004, GM valait 27,3 milliards, un an plus tard elle ne valait plus que 14,6 milliards.  Si la tendance se maintien comme dirait l’autre, nous aurons une faillite majoritaire.  Mais que ce passe-t-il avec GM?  Simple, les ventes stagnes à 192 milliards par année, les coûts des intérêts de la dette ont augmentés de 3,8 milliards de 2004 à 2005.  En 2005, GM a versé 15,7 milliards en intérêts.  Outch!  Si General Motor n’améliore pas sa santé financière ce qui la guette à moyen-terme c’est de voir son action être retirée du Dow Jones.  Cela serait catastrophique pour l’entreprise.

Récemment GM a rencontré les dirigeants de Daimler pour une offre qu’ils ont qualifié de ridicule.

Quel est le pire scénario qui pourrait se produire pour Ford et GM?  Que Toyota, Honda ou Nissan achète Chrysler de Daimler.  Qu’un groupe japonais ait accès aux réseau de distribution de Chrysler aux États-Unis ferait encore plus mal à Ford et GM. 

Malheureusement pour Daimler, Chrysler n’a de valeur pour les autres compagnies automobiles que pour  son réseau de concessionnaire.  Personnes ne s’arrachent ses modèles automobiles à part récemment la P.T. Cruiser et son modèle 300.

Si GM ne veut pas payer pour Chrysler, Ford n’aurait d’autre choix que de l’acquérir.  C’est une question de protection du marché américain.

Malheureusement pour l’industrie automobile américaine Ford n’est pas en meilleure position financière que GM pour acquérir Chrysler.  Une dette de 172 milliards, des ventes qui ont baissé de 16,7 milliards de 2005 à 2006 et des pertes de 12 milliards pour 2006.  Ford possède un avoir des actionnaires déficitaire de 3,4 milliards pour une capitalisation boursière de 14,9 milliards.

Plusieurs analystes estiment que Chrysler vaut environ 4,5 milliards.  Attention, celle-ci ne va guère mieux, elle a enregistré des pertes de 1,5 milliards en 2006.

L’autre scénario plausible est que Ford acquère Chrysler en échange d’une participation dans Ford pour Daimler.  10%, 20%, 25% allez savoir.  Si Chrysler vaut 4,5 milliards et que Ford a une capitalisation boursière de 14,9 milliards c’est 30% de participation que Daimler pourrait exiger.  Mais qui veut d’une participation de 30% d’une compagnie qui a une valeur comptable sous les 0$?

Qui achètera la division Chrysler de Daimler?  Je l’ignore autant que vous mais si c’est une entreprise japonaise qui l’acquère, Ford et GM ne s’en porteront que plus mal.

Si elle ne peut acquérir Chrysler, pour retrouver la forme selon moi GM n’a d’autres choix que de se concentrer sur ses modèles qui se vendent bien et fermer les usines de modèles qui se vendent moins bien.  Effectuer un spin-off ou vendre sa division Hummer tandis que ces véhicules pétrogivore ont encore la cote.

De son côté, si Ford ne peut acquérir Chrysler, elle n’aura d’autres choix sa division Mercury et se départir de d’autres entités.  Car le danger qui guette Ford à court-terme c’est que Toyota continue à lui gruger des parts de marchés, là ou elle domine, dans les camions.  Ford doit aussi se départir de Jaguar et Land Rover.  Sans aucun doute, pour moi la survie de Ford passe par Mazda qu’elle contrôle déjà à 33%.  Une fusion de ce côté avec la japonaise devrait être envisager par le géant de Detroit.

En terminant, le scénario le plus catastrophique serait que Daimler ferme sa division Chrysler après n’avoir trouvé aucun acheteur potentiel. 

Publicité

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s