Un train entre Montréal et Sherbrooke


Je lisais ce matin dans La Presse que Via Rail Canada effectue présentement une étude de rentabilité sur la mise en place d’un train reliant Montréal à Sherbrooke.

Le trajet relierait Montréal à Sherbrooke ne passant par Cowansville, Farnham et Magog.

Dans un Québec moderne, on se doit de développer des infrastructures plus européennes, comme le train.

Sherbrooke est une très belle ville. Il s’y brasse de bonnes affaires.  La ville a deux universités, Bishop et l’Université de Sherbrooke.  Elle est près des États-Unis et elle possède un réseau routier très bien développé.

Parcontre pour s’y rendre de Montréal les week-end, c’est assez  pénible car il faut se taper les bouchons sur l’autoroute 10.

La solution abordable, c’est le train.  Ordinateur portable, Internet, une petite broue ou un petit rouge voilà tout ce qui est accessible lors d’un trajet en train.  Le train c’est confortable et légèrement plus cher que l’autobus.

C’est la compagnie Limocar qui déssert le trajet Montréal-Sherbrooke, ce n’est pas que le confort n’y est pas, le problème demeure le même qu’en automobile. Le traffic.

Via Rail Canada doit mettre de l’avant ce projet qui sera un gros plus pour cette région qui n’est pas désservit par le train depuis belle lurette.

Est-ce que la communauté d’affaires des Cantons de l’Est embarquera dans ce projet?  C’est à souhaiter.

Via Rail Canada, déficitaire, qui fonctionne avec l’argent du fédéral, se doit de développer et d’améliorer ses trajets ferroviaires afin de dynamiser cette industrie pleine de potentiel.  C’est avec des projets comme le trajet Sherbrooke – Montréal que Via Rail se dynamisera.

14 réflexions sur “Un train entre Montréal et Sherbrooke

  1. Stefan dit :

    Je suis tout à fait d’accord. D’origine Suisse, un reseau de train qui connecte tous les villes importantes, c’est ce qui me manque le plus ici au Québec (À part les Alpes, bien sur).
    Courament je suis en train de créer une page pour la promotion d’exactement cela: hsl-canada.net
    (Jusqu’ici en anglais seulement, mais la traduction français va suivre…)

    • investglobe dit :

      Entre Québec et Montréal il y a Drummondville et Saint-Hyacinthe, deux villes grandissante. Je ne vois pas pourquoi le train passerait par Trois-Rivières, qui se meure parce qu’elle n’a pas su diversifier son économie de beaucoup depuis 20 ans.

      Pour la grandeur du territoire je vous l’accorde il y a probablement 6 millions de personnes de Gatineau à Rimouski sur les deux rives du fleuve Saint-Laurent.

      Sauf que construire un réseau ferroviaire pour 6 millions de personnes ce n’est pas comme construire un réseau ferroviaire pour 10 millions de personne soit la population de la Belgique.

      En Belgique il y a 345 habitants au km carré. Ici il y’en a pas mal moins dans le corridor mentionné plus haut.

  2. investglobe dit :

    Même à 1,41$ le litre d’essence à Montréal, personne ne parle encore dans mon entourage et il est grand, de délaisser son char pour prendre le train par exemple pour se rendre à Québec, Drummondville ou Ottawa.

    Hé non… pour moi à 2,25$ le litre ils vont commencer à réfléchir…. et encore.

  3. Sylvain Lacroix dit :

    Cela fait déjà trois mois que j’ai lu et vu cet article dans Cyberpresse et avec le succès du train touristique Orford Express dans la région des Cantons de L’Est à démontré que ce projet du retour du service de Via Rail Canada sur la ligne Montréal-St-Jean-sur-Richelieu-Cowansville-Bromont-Magog et Sherbrooke est rentable.

    Cela va permettre de désengorger matin et soir l’autoroute des Cantons de L’Est (10) du Pont Champlain à Sherbrooke et serai une alternative intéressante à l’autobus et la voiture.

    Il n’y a plus de train de voyageurs depuis 1994 alors que l’Atlantique Limitée de Via Rail avait été aboli ainsi que le service régional sur l’ancienne ligne ferroviaire du CP qui appartient actuellement au Chemin de Fer Montréal,Maine & Atlantique (MMA).

    Depuis ce temps là,les habitants des Cantons de L’Est sont privés d’un service ferroviaire essentiel à leur croissances et à leur région alors qu’il faut qu’ils se déplacent à Ste-Hyacinthe et Drummondville pour prendre les trains de Via Rail Canada vers Québec ou Montréal ce qui totalement absurde et pas pratique.

  4. investglobe dit :

    @Sylvain Lacroix, il y a une différence entre un train touristique qui fonctionne bien les week-ends et plusieurs trains quotidiens faisant l’aller-retour Montréal-Sherbrooke.

    Je doute vraiment qu’on voit cela rentable.

  5. fredfrad dit :

    La plus grande erreure que l’on a fait est surement d’avoir laissé à l’abandon, voire de désafecté, nos lignes de transports par train. Quand on sait que le passage d’un camion lourd sur un pont ou un viaduc équivaut au passage de 30 000 voitures, on peut facilement s’imaginer le cout énorme que celà représente sur le budget de voierie. J’espère vivement que nos gouvernements vont finir par se réveiller. Toutefois, avec l’ami des pétrolières comme premier ministre du canada on peut attendre encore longtemps.

  6. investglobe dit :

    Je ne crois pas que Stephen Harper est plus ami des pétrolières que Stéphane Dion ou Jack Leyton.

    Harper vient de l’Alberta et on le dit ami des pétrolières.

    Dion vient du Québec alors ça veux-tu dire qu’il est ami d’Hydro-Québec, Bombardier, Québécor et autres?

    Trop simpliste comme analyse.

    Effectivement le train devrait davantage être développé mais je doute qu’un jour on y voit une implantation aussi étendue qu’en Europe.

    Raison simple: l’étendu du territoire.

    Parcontre un camion qui équivaut à 30 000 voitures, on parle ici d’un camion surchargé.

    Notre bon ami Jean Charest à couper dans les fonctionnaires y’a dont moins de monde pour s’occuper des balances à camion et contrôler les camionneurs.

    Le problème de nos gouvernements c’est que les lobbyistes sont trop forts ici.

    Évidemment le lobby du camionnage doit faire d’énorme pression sur le gouvernement pour pas que la SAAQ devienne la gestapo du camionnage.

    Si le CN appartenait encore au Canada, je suis convaincu que le transport par train serait davantage utilisé. Hélas ici nos politiciens ne décident rien à plus long terme que 4 ans.

    Attendez de lire mon prochain billet sur la mort de la mondialisation, vous allez comprendre que les gouvernements n’auront rien à faire, tout va se décider par le peuple.

  7. fredfrad dit :

    Sthephen Harper aide financièrement les pétrolières en refusant d’adopter des lois limitants les droits de polluer et en baissant les impôts des entreprises de 14% alors qu’il augmentait ceux des particuliers de 12%.

    Ces amis des pétrolilères ont permis a Stephen Harper d’arriver ou il est aujourd’hui. L’Alberta est la seule province du canada ou aucune lois n’encadre le financement des parties politiques. Les pétrolières et autres grandes industries finance tant qu’ils le veulent le parti qu’ils désirent. Et comme par hasard le parti conservateur est au pouvoir depuis plus de 36 ans en Alberta.

    Ce sont ces mêmes industries qui ont financé la création du parti réformiste dont le programme électorale avait été écrit à l’époque par Stephen Harper lui-même.

  8. investglobe dit :

    Le train est plus développé dans la riche Alberta qu’ici au Québec.

    Si 36 ans de conservateurs au pouvoir en Alberta ont mené la province à 0 déficit et 0$ de dettes, go élisons des conservateurs au Québec, non?

  9. Sylvain Lacroix dit :

    Je vais revenir sur mon sujet du sept juin 2008.
    De plus,c’est la même chose pour les gens sur la rive-nord entre Montréal-Trois-Rivières et Québec dont il y avait aussi un service de train de Via Rail pour eux sur la voie ferrée du Canadien Pacifique qui appartient désormais au chemin de fer Québec-Gatineau avant les grandes coupures infligées à Via Rail par les Conservateurs de Brian Mulroney et son Ministre des Transports Benoit Bouchard au mois de janvier 1990.

    Depuis dix-huit ans déjà,les Trifluviens ainsi que les Lavalois sont privés de ce service de Via Rail sur la rive-nord du fleuve St-Laurent ce qui est totalement aberrant,injuste et pas pratique pour ces gens car il n’y a plus de trains de Via Rail qui passent dans leur villes pour les servir.

    Ils doivent ce déplacer vers Drummondville et Montréal pour prendre le train. Quelle farce.

    Tout ça à commencer quand le pont ferroviaire de Ste-Anne-de-La Pérade à été emporté par les crues printanières de la rivière Ste-Anne en avril 1987 et que le CP propriétaire de la ligne ferroviaire à l’époque avait refusé de reconstruire son pont pour cause de manque de moyens financiers pour le rebâtir.

    Pendant ce temps,Via Rail ne faisait que Montréal-Trois-Rivières et vice-versa.

    Donc,ce n’est qu’un an et demi plus tard que le nouveau pont à été reconstruit au mois de décembre 1988 par obligation de l’Agence nationale des Transports du Canada actuellement Transports Canada que CP à reconstruit son pont.

    Les trains de Via Rail ont recommencés à rouler entre Trois-Rivières et Québec incluant ceux du CP mais le mal à été déjà fait.

    La clientèle qui prenaient ce train ont pris l’autobus et d’autres se sont achêtées des automobiles en plus que l’autoroute 40 de Cap-de-La Madeleine à Donnacona avait été inaugurée en 1985.

    De plus,le Canadien Pacifique exigeait à Via Rail de payer en partie la facture du nouveau pont de Ste-Anne-de-La Pérade.

    Ce que l’Agence Nationale des Transports à refusée au CP et à Via Rail de donner la permission de donner au CP d’ordonné de payer en partie la facture du pont à Via Rail.

    Tout ces facteurs ont fait que le Gouvernement Mulroney à fait sonner le glas du train de Via Rail sur la voie du CP de Montréal-Trois-Rivières et Québec.

    Ils parlent de remettre ce train à nouveau sur les rails entre ces villes et il y a des études récentes qui prouvent que cela est très rentable que Via Rail Canada revienne déservir la rive-nord sur l’ex tronçon du CP aujourd’hui du Québec-Gatineau.

    Espérons que ce train va avoir des correspondances avec ceux du Corridor Québec-Windsor vers Ottawa et Toronto et vice-versa ou ce train va ce rendre directement vers Ottawa et Toronto de Québec via Trois-Rivières et Montréal aller-retour.

  10. Matthieu dit :

    L’argument de la distance entre les villes par rapport à la situation européenne ne tient pas. En effet, nous avons trop l’habitude de nous imaginer que le Québec correspond à la forme géographique sur nos cartes et que la population y est répartie et isolé. La réalité est tout autre, c’est la vallée du Saint-Laurent qui correspond véritablement au lieu d’habitation. Cette zone est comparable à la Belgique, tant pour la distance entre les villes principales, que pour la densité relative. D’ailleurs, toute personne qui visite l’Europe en dehors des grandes métropoles remarquera que le paysage et les distances sont similaires à ce qu’on retrouve. Nos petites villes de région avec leur population entre 20 000 et 150 000 h. sont comparables à ce qui se retrouve en Europe. Bien sûr, cela n’est pas identique, toutefois cela nous montre qu’un système développé de chemin de fer (il a déjà existé, avec trains express, de banlieue et omnibus) est possible si on prend la peine de le construire au jour le jour. Il est normal que tout le monde au Québec utilise sa voiture, il n’y a pas d’autre alternative. Il est aberrant qu’un train entre Québec et Montréal ne desservent pas Trois-Rivières par exemple, c’est géographiquement inconcevable. Ne nous demandons pas pourquoi nos villes de provinces meurent à petit feu. Depuis les années 1960, toutes les politiques en matière de gestion des régions et des transports coupent leur pont avec la métropole et la capitale les uns après les autres. La distance en est une de mentalité et non une question de kilomètre. De toute façon, le train est un moyen de transport qui excelle pour les grandes distances, c’est la raison même de son existence.

  11. Alexandre dit :

    On sort ça d’où les villes pauvres?
    Je vous ferai remarquer qu’à Sherbrooke, jusqu’en 1994, il y avait deux, voire trois compagnies de transport ferroviaires qui fonctionnaient aussi bien qu’àilleurs (c’est à dire pas super bien), mais tout de même. En plus, la région des Canton-de-l’Est est une région avec un très fort potentiel touristioque, notamment avec les nombreuses stations de ski, et les nombreux lacs. Je ne suis pas originaire de Sherbrooke, mais la région a un immense potentiel, quant on sait que malgré la présence de gens d’affaire frileux, Sherbrooke a tout pour réussir comme ville.

    • investglobe dit :

      Sherbrooke est une des villes d’Améroque du Nord de plus de 100 000 habitants les plus pauvres. C’est elle qui a le revenu moyen le plus bas en amérique du nord parmi les villes de plus de 100 000 habitants.

      Beauté naturelle et richesse des gens ne vont pas toujours de paires.

      La région des Cantons-de-L’Est est remplie de potentiel mais y’a aucun leadership pour exploiter ce potentiel. Jean Charest a tenté d’augmenter le potentiel récréo-touristique à Orford et il s’est fait barrer la route par une panoplie d’organisme et l’opinion publique.

      On ne fait pas d’omelettes sans casser d’oeufs.

      La région des Cantons-de-l’Est a bien du potentiel mais très peu de leadership. C’est dommage et c’est certainement pour ça que Via Rail a abandonné sa liaison à Sherbrooke depuis des années.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s