Playboy: le déclin de l’empire américain davantage que le rêve américain


Tout le monde connaît la marque Playboy.

Les magazines, les DVD, les émissions de télé, tout le monde connaît.

Ce que peux de gens savent parcontre est qu’en bourse la compagnie est un flop depuis quelques temps.

Depuis 5 ans, l’action de Playboy Enterprises (PLA:NYSE) est passé d’un sommet de 16,85$ à 4,47$ aujourd’hui.

Jusqu’ici cette année le rendement de l’action est de -50,99%.  Toute une débandade pour l’empire Hefner maintenant dirigée par sa fille.

Quel est le problème?

Les ventes stagnent depuis 2005. 

Au dernier rapport annuel, sur des ventes de 340 millions la compagnie a généré que 5 millions de profits.
Un mince profit net de 1,5%.  Alors que dans un secteur où les profits net sont davantage de l’ordre de 15 à 20%, Playboy fait 10 fois pire.

Cette année s’annonce pour être dans le rouge, encore une fois, l’année 2005 s’était aussi terminée dans le rouge.

En bourse la capitalisaton boursière de la compagnie vaut moins que son chiffre d’affaires.  C’est rare qu’on voit cela pour une compagnie ayant une marque de commerce connue au travers le monde.

La compagnie ne vaut plus que 149 millions en bourse alors que son chiffre d’affaires se situe à 340$ millions.

Sa valeur au livre se situe à 171 millions.

La compagnie se transige donc à un ratio valeur au livre de 0,87 : 1.

À quels phénomènes peut-on atribuer une telle situation?

Plusieurs choses.  Une colossale dette de 115 millions.  La baisse du nombres d’abonnés à Playboy TV.  Une mauvaise présence de Playboy sur l’Internet.

Voilà trois situations embarassante pour Playboy Enterprises.

La compagnie tarde à se renouveller.

Elle doit revenir à ce qu’elle faisait de mieux c’est à dire vendre un image et non des produits.

C’est ce que Harley-Davidson fait très bien.  Chez Harley-Davidson ils ne vendent pas des motos, principalement ils vendent l’image.

Pour l’instant soyez peinards sur PLA.  Un autre trimestre dans le rouge pourrait envoyer le titre à 3,50$, un bon trimestre l’enverrait à 5$.

Allez savoir ce qui s’en vient. 

La compagnie pourrait également fait l’objet d’un OPA ou encore d’une privatisation.

Vaut mieux attendre au-delà du prochain trimestre et voir ce que les administrateurs de la compagnie annonçeront pour la redresser.

Parcontre se transiger si bas sous la valeur comptable, ce n’est pas un gros risque d’y prendre position tout de suite.

En attendant le redressement, Playboy Enterprises ressemble davantage au déclin de l’empire américain qu’au rêve américain.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s