CGI paie beaucoup trop cher pour Stanley en plus de porter sa dette à 1 milliard.


Savez-vous quel était la valeur aux livres de Stanley au dernier bilan en date du 25 décembre 2009 ?

$262.84 millions de dollars américains.

Ok on est fins, on dit qu’aux livres l’actions valaient 275 millions canadiens.

CGI vient de payer 1,07 milliard pour acheter une compagnie qui en vaut aux livres 275 millions.

Aie aie aie!

Serge Godin et sa bande ne sont pas reconnus pour prendre beaucoup de mauvaises décisions.  Mais là, celle-là est beaucoup trop risquée.

«Il s’agit d’une étape significative vers notre objectif de doubler la taille de CGI d’ici trois à cinq ans. » ont répondu les dirigeants de la société de Montréal.

Autrement dit, on vient de dire aux actionnaires qu’on va doubler CGI en taille de chiffres d’affaires mais que la valeur aux actionnaires sera dilapidée.

Aucune compagnie ne peut justifier une décision d’acheter une autre compagnie à 3,67 sa valeur aux livres.  Aucune.

Oui CGI ajoutera 780 millions de chiffres d’affaires annuellement en acquérant Stanley.  Mais elle n’ajoutera qu’un maigre 37 millions en profits.

Dites-moi ce que ça donne de payer une entreprise 1 milliard si vous ne faites avec que 37 millions en profits.   Est-ce qu’on s’entend pour dire qu’avant que CGI rentre dans son milliard il pourrait s’écouler plus de 25 ans.

De plus il y a une notion qui n’est pas divulgué par CGI mais que tout le monde sait.  L’entreprise Montréalaise a beaucoup de misère a signer de lucratif contrat aux États-Unis.

En sachant maintenant que Stanley est canadien, pensez-vous que le gouvernement américain va ouvrir son informatique à CGI ?

J’en doute.

L’autre risque dans cette transaction est que CGI ne possède que 150 millions en liquidité c’est donc dire que plus de 850 millions s’ajouteront à sa dette à long-terme qui se chiffrera maintenant à plus d’un milliard.

Mais pourquoi doubler en taille si on augmente tant la dette?  Dites-moi ?

À quoi bon prendre 180 livres alors que vous vous situez à votre poids santé de 180 livres?  C’est un peu ce que CGI veut faire.  Elle veut doubler en taille mais va miner sa santé financière pour le faire.

Franchement si j’étais actionnaire de CGI, je larguerais les actions dès lundi matin.

Avec un rendement de 46% en un an, ça serait demander beaucoup à l’action de CGI de s’accroître autant et même pour les trois prochaines années.  CGI se transige déjà à près de deux fois sa valeur aux livres, valeurs qui n’augmente pas beaucoup depuis quelques trimestres et qui va diminuer largement avec l’acquisition de Stanley.

7 réflexions sur “CGI paie beaucoup trop cher pour Stanley en plus de porter sa dette à 1 milliard.

    • investglobe dit :

      Je me fou un peu ce que dis Disnat mais voici les vrais chiffres.

      Valeur comptable de Stanley $11,04 US.

      CGI offre 1 milliard pour les 23,8 millions d’actions en circulations.

      Tirez en vos propres conclusions.

  1. paul beliard dit :

    J’ai toujours suivi vos conseils a contrario … J’ai acheter 10 000 GIB.A à 8,30 $ à la mi-2000 et quelques. C’est maintenant à 30 $ environ.

    Merci !

    affaires.lapresse.ca/economie/technologie/201304/30/01-4645866-cgi-bat-les-attentes-laction-senvole.php

    • investglobe dit :

      Pauvre crétin.

      Alors j’imagine que vous détenez du Bombardier et n’avez pas d’or, ni argent.
      Ça va être beau de vous voir acheter au mois de mai. Vous êtes alors sûrement en train de vous achetez un condo à Montréal et un chalet en Estrie. Vous devez aussi voter Québec Solidaire ou Option Nationale et adorer Justin Trudeau ou vous avwz voté NPD.
      Vous êtes si con pu vous faites semblant? Ne répondez pas. Je vous ai barré. CGI… Leurs plus gros clients sont les gouvernements sans le sou et CGI a une dette insoutenable de 3 milliards… LOL

  2. paul beliard dit :

    http://www.lesaffaires.com/blogues/bernard-mooney/mooney-cgi-une-lecon-boursiere-de-premiere-classe/557089

    En 2000, CGI avait des revenus de 1,4G$CA, des bénéfices de 73,5M$ et un bénéfice par action de 0,27$, excluant les charges reliées à l’amortissement de l’achalandage.

    Sans tenir compte du taux de change (qui a peu d’impact en fait), vous avez donc une société qui a multiplié son chiffre d’affaires par sept depuis 2000 et ses bénéfices par 8,8. Pourtant, si vous aviez acheté en 2000, vous n’auriez pas encore fait un sou!

    Pourquoi? Parce que le titre se transigeait à un prix de fou en 2000. À 30$, les investisseurs payaient 111 fois son bénéfice par action de 0,27$ réalisé en 2000. Ouf.

    L’exercice suivant, le Groupe CGI a réalisé un bénéfice de 0,44$ par action, ce qui donne tout de même encore un ratio cours/bénéfices de 68!

    Quand on paie un tel prix, il est pratiquement impossible de faire de l’argent à long terme, même lorsque la société est saine et prospère.

    Aujourd’hui, malgré ses succès et ses perspectives intéressantes, le titre se vend à peine 15 fois les bénéfices. C’est un prix raisonnable qui traduit un contexte boursier beaucoup rationnel et porteur.

    Par ailleurs, il faut saluer et féliciter la direction de CGI pour sa performance à long terme et également pour sa sagesse dans la gestion de son capital. CGI est devenue un exemple à suivre dans la gestion rationnelle de son argent, rachetant de ses actions de façon intelligente et en réalisant des acquisitions stratégiques qui ont enrichi ses actionnaires.

    Bravo.

    Bernard Mooney me dit Bravo !

    Paul Béliard

    • investglobe dit :

      CGI a comme pricipaux clients des gouvernements socialistes sans le sou. Je donne pas cher de leur peau dans 3-4 ans.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s