Quand René Vézina donne des explications à court terme de des rouages à long terme, ça m’énerve !


René Vézina est une figure connue au Québec dans le monde du journalisme économique.  Il est actuellement chroniqueur au Journal des Affaires et également sur les ondes du 98,5.

Je respecte beaucoup les propos de monsieur Vézina mais parfois je trouve qu’il parle d’économie trop à court-terme.

Aujourd’hui je l’écoutais dans ma voiture sur le retour à la maison et je me suis dis que ça ne pouvait plus aller fallait que j’écrive quelque chose.

Tout d’abord son intervention sur la hausse du prix du pétrole à Montréal ce jeudi de 8 cents soit d’environ 8,5% qu’il juge injustifiée suite à la baisse du baril de pétrole sur les marchés depuis 2 jours.

Je vous rappele, cher lecteur, que ça prend 6 semaines à un baril de pétrole extrait avant de se rendre à la pompe.  Alors il faut toujours regarder le prix du baril de pétrole d’il y a 6 semaines.

De plus si monsieur Vézina veut parler de court terme, oui le baril de pétrole a baissé mais le dollar canadien en a pris pour son rhume également.  Je vous rappele que le prix du pétrole est cotée en dollar américain.

De plus quant à parler de court terme, parce qu’il doit croire que c’est la bonne façon de présenter les choses, il faudrait que monsieur Vézina nous parle des vrais chiffres.  Aujourd’hui à la bourse NYMEX le gallon d’essence a clôturé à $1.96 US le gallon américain.  Soit l’équivalent de 58,3 cents canadiens le litre.  Ajouter à cela le coût de transport, la marge du revendeur, les taxes fédérales et provinciales et vous ne serez pas très loin du prix de 1,09$ à la pompe.

Qui blâmez pour des coûts élevés de l’essence à la pompe?  Les pétrolières?  Non les gouvernements.  Ce sont eux qui vous arnaquent à la pompe.

La preuve est même établie sur le site du gouvernement du Canada.  À titre d’exemple pour un prix à la pompe de 1,045 à Montréal pour de l’essence ordinaire il y a 41,8 cents de taxes inclus dans ce prix.  C’est donc dire que le vrai prix devrait être de 62,7 cents le litre et si monsieur Harper et monsieur Charest voudraient ajouter uniquement leurs taxes de ventes (TPS  + TVQ) cela donnerait un prix très raisonnable de 70,77 cents le litre.

Donc vous savez maintenant qui blâmer.

Ensuite pour sa façon de décrire la baisse de 376 points du Dow Jones aujourd’hui, monsieur Vézina y est encore aller dans le court terme en nous donnant comme raison la crire financière européenne, les menaces de l’Allemagne qui se dit fragile etc.. etc..

La réalité est qu’après une hausse de plus de 60% en 14 mois, la bourse était dûe pour une correction et comme la plupart des chroniqueurs financiers aiment expliquer des mouvements à long terme avec des causes à court terme, ils sont tombés dans le pannneau facile de l’explication de l’Europe.

Ce que monsieur Vézina n’a pas dit parcontre est que le dollar américain est en train de gagner du terrain sur l’Euro, le dollar Canadien et surtout que les contrats de pétrole sont largués parce que les gens ont repris confiance au dollar américain.

Aussi la baisse du pétrole de $1.09 ne justifie en rien la baisse du dollar canadien de 2.78 cents US.

La réalité est que les investisseurs institutionnels commencent à comprendre que le dollar canadien était largement surévalué et que l’économie canadienne n’a pas la puissance qu’on pouvait attribuer à sa monnaie.

L’économie canadienne va pas mal plus mal que la santé du huard.  C’est pour ça que le huard ira tout droit à 80 cents dans pas long et ça ne sera pas parce que le prix du pétrole pourrait toucher les $50 US.

Alors j’espère que dans ses prochaines chroniques que monsieur Vézina cessera de nous parler comme un journaliste à sensation qui a l’air de travailler pour le journal de Montréal et qu’il nous livrera les vrais causes des mouvements.

De plus sachez chers lecteurs que la bourse n’est pas le reflet quotidien de l’économie.  La bourse est toujours en avance sur l’économie et elle n’est que le portrait quotidien que la valeur donc les spéculateurs veulent bien leur attribuer.

Imaginez un instant que les rouages boursiers s’appliquerait à l’immobilier et que le prix de votre maison variait de façon quotidienne, vous diriez que cela à ni queue ni tête. Bien c’est un peu ça la bourse.  Au quotidien ça parfois ni queue ni tête mais à long terme tout les bons morceaux tiennent en place.

3 réflexions sur “Quand René Vézina donne des explications à court terme de des rouages à long terme, ça m’énerve !

  1. Patrick McMullen dit :

    C’est tu le même gars qui disait que la parité ne serait jamais atteinte :). Mais sur une note positive j’ai bien aimé lire ce post.

    J’ai de la misère a comprendre comment les compagnies font pour rentabiliser les sables bitumineux a 65$ le baril…

  2. René Vézina dit :

    « C’est pour ça que le le huard ira tout droit à 80 cents et ça ne sera pas long parce que le prix du pétrole pourrait toucher les 50 $ US »… Vraiment ? Je ne sais pas qui vous conseillez comme ça, mais je préfère encore être traité de journaliste à sensation que d’écrire pareilles âneries.
    J’ai trouvé ça par hasard sur Google. Désolant.

    • investglobe dit :

      Des erreurs comme ma prédiction sur le pétrole, ça tout le monde en fait. Mais quand l’éditeur en Chef d’un journal bien en vue en fait 3-4 soirs par semaine aux auditeurs du 98,5 ça c’est pas mal pire que moi sur mon petit blogue.

      Mais le monde aime ça la sensation, alors vous performez bien face à leurs attentes. Leur portefeuille sûrement moins bien par contre.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s