Fermeture de centre de conditionnement physique. Vieillissement de la population, paresse ou bien trop dispendieux?


Ce matin La Presse nous apprend que de nombreux centre de conditionnement physique ont fermé boutique entre la période du 1er août 2009 et du 31 juillet 2010.

Est-ce attribuable au vieillissement de la population?  En parti certainement.

Davantage mon avis est sur les prix demandés aux clients.

Vous êtes-vous déjà renseigner combien coûte un abonnement à un centre de conditionnement-physique ?  Aie aie aie, on est rendu à près de 75$ par mois dans cerains centres.  La fourchette 40$ à 45$ par mois est davantage la norme.

La vraie raison, possiblement la paresse des abonnés.

Qui n’a pas décidé de s’entraîner en janvier et qui dès mars n’y va plus… mais est obligé de payer son entraînement pendant le restant de l’année.

Des gens qui paient sans y aller ça ne fait pas de bons ambassadeurs.

C’est une grosse partie du problème à mon avis.

Les gens de marketing de ces centres devraient miser davantage  soit sur l’entraînement à la pièce (genre 10$ par visite) ou encore de permettre d’acheter des mois à la pièce sur leurs cartes de membres.  Un mois plein tarif, deux mois -10%, trois mois -15% etc…

A-t-on pensé à des tarifs réduits pour membres fidèles ? Je ne parle pas de fidèlité matrimoniale ici mais de fidèlité envers le centre.

Mais côté marketing il faut aussi vendre les bienfaits de ces centres.  Vu le faible taux d’achalandage versus la population du Québec, le marketing n’est pas très réussi en ce sens.

Je crois que le marketing de ces centres est à revoir et c’est primordial qu’il soit revu car je crois que ces centres sont importants pour la majorité des québécois amateurs de junk-food et de restauraton rapide.

Un autre problème qui a été soulevé est celui de la quantité de centres versus la demande.

Actuellement au Québec il y aurait 506 permis actifs, il y en avait 612 il y a un an et 73 nouvelles demande ont été déposées à l’Office de la Protection du Consommateur.

506 centres pour les 5,49 millions de personnes de 20 à 69 ans du Québec ça donne une moyenne de 1 centre par 11 000 personnes.  Certains prétendent que le marché est saturé. Oui le marché est saturé vis à vis la population désireuse de fréquenter ces centres, mais si le marché est saturé à un centre par 11 000 personnes, il y a un sérieux problème avec cette industrie.

Au Québec si on additionne le nombre de restaurants Burger King, Harvey’s, McDonald’s, PFK, A&W, Valentine et La Belle Province en comptant aussi toutes les chaînes locales de fast-food (Chez Louis, Lafleur, Petit Québec, Ashton etc..) en plus des indépendants, des cantines de village et des comptoirs de pizza, le total dépasse largement le nombre de centres de conditionnement physique au Québec.  Le ratio est près de 30 établissements de fast-food  pour 1 centre de conditionnement physique.

On voit bien qu’il y a un sérieux problème de société ici.  Trente fois plus de restaurants de fast-food que de centres de conditionnement.  Incroyable non ?

Donc malgré les programes de plusieurs entreprises qui paient une partie des frais d’abonnements à ces centres, il s’est fermé au Québec 106 centres en un an.

Il est clair qu’il y a un sérieux problème dans cette industrie.  Il faudra rapidement arriver avec des solutions viables sinon d’autres centres fermeront.

Est-ce que ces solutions passent par le ministère de la santé ?

Bien sûr que non.

Cette solution passe en partie par le ministère de l’éducation qui a la responsabilité d’éduquer nos jeunes sur la mal-bouffe et sur l’inactivité physique.

Bien sûr comme activité physique on pourrait dire qu’il y a toutes sortes d’activités physiques possibles autres que celle d’aller se présenter deux à trois fois par semaine dans un centre de conditionnement physique.

Vrai !

Mais si les québécois faisaient autant d’activité physique ailleurs que dans les centres de conditionnement physique, les restaurants rapides tomberaient tous comme des mouches.

Ce qui est loin d’être le cas.

Dans un Québec où il y a largement plus de restaurants de chaînes de restaurations rapides que de centre de conditionnement physique laissez-moi avoir de gros doutes sur le goût des québécois à l’activité physique.

Est-ce le temps d’investir dans ce domaine?  Oui, si vous pouvez persuader les gens des bienfaits de l’activité physique dans votre centres de conditionnement.  Sinon il y a fort à parier qu’il vaut mieux investir votre argent dans des actions de chaînes de restauration rapide.

Je vais terminer avec une petite analyse fort intéressante.

En 2006, Vidéotron comptait 1,6 million d’abonnés à son service de câble télé.

Évidemment les 506 centres de conditionnement du Québec non pas 1,6 millions d’abonnés sinon ça leur ferait 3 100 abonnés par centre en moyenne.  Aucun n’aurait fermé avec un si grand membership.

Notez que le le câble et le prix d’un abonnement dans un centre de conditionnement physique sont approximativement les mêmes coûts mensuels.

Alors ajoutez le nombre d’abonnés à la télé de Cogeco Câble, Bell, Starchoice et vous concluerez rapidemment que le Québec vit un gros problème de société face à l’activité physique.  Mais le Québec n’a pas tous les torts, c’est un large problème répandu dans toute l’Amérique du Nord.

Les conséquence de cette inactivité physique combinées à autant de fast-food comme alimentation seront incroyables sur notre société et on parle ici dans moins d’une décennie.   Pendant ce temps marcher et courir demeurent encore gratuit….


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s