Maxi & Cie Papineau/Crémazie l’ultime leçon enseignée à Loblaw et qui peut vous servir à vous investisseurs


Il faut s’être rendu à plusieurs reprises au Maxi & Cie Papineau/Crémazie depuis 2000 pour savoir que le marketing, la mise en marché, écouter le consommateur, ce n’est pas l’affaire de Loblaw au Québec.

Pour moi c’est un magasin très représentatif du renfement de l’action de Loblaw (TSE : L) depuis 10 ans.

Un cumulatif de -5% en 10 ans.

Un piètre rendement mais quand on a visité le Maxi & Cie Papineau/Crémazie on se rend compte que soit que Loblaw abandonne le Québec ou que son action va produire un plus piètre rendement pour les 10 prochaines années.

Je ne sais pas ailleurs au Québec mais je peux vous dire qu’à Montréal, de nombreux épicerie Loblaw’s ont été converti en Maxi & Cie faute de mauvaise mise en marché de la marque Loblaw’s.

Quand Maxi appartenait à Provigo en 2000, on se rendait au Maxi & Cie Papineau/Crémazie, on y retrouvait toute la gamme d’épicerie, un guichet automatique, de belles allées de DVD et des allées de marchandises où la proprété était de rigueur.

Je m’y rendait même une fois par mois uniquement que pour acheter un DVD.  En 2000 c’était quelque chose un film en DVD. 15 $ à 20 $ chaque fois pour me procurer un bon film.  J’aimais l’endroit.

Aujourd’hui… le même Maxi devenu Maxi & Cie de puis quelques années, se meurt.  Depuis au moins cinq ans que les allées y sont mal disposées et encombrées.

On n’y retrouve plus de guichet automatique ni de comptoir bancaire.

Dans l’étalage des fruits et légumes ont y retrouve en vente… même des bleuets flétris.

Il ne semble pas y avoir quelqu’un pour ramasser ce qui ne va pas et qui ne se vend pas.

Les allées sont encombrées de cartons ici et là dans les tablettes et sur le sol.

Il ne semble pas y avoir quelqu’un pour ramasser ce qui ne va pas dans les tablettes et bien redisposer les produits.

C’est un fouilli total.  Oui sûrement qu’on y fait des économies mais l’expérience de magasinage est atroce.

La section produits de beautés est d’un fouilli total.  Les produits y sont mal présentés.  Il n’y a personne pour vous servir ou vous conseillez.  La section pharmacie peut aller, mais là encore la gamme de produits offerte est mal présentée.  Ça ne marche pas.  La pharmacie est près du département électronique…

Voilà que Maxi & Cie Papineau/Crémazie fermera son département électronique.  Ce n’est pas étonnant, on y entendait pétararder les systèmes de son et télévision que le personnel s’entêtait à faire jouer à tue-tête.  On entrait jadis dans le département et on se sentait en plein jour dans une boîte de nuit, les cocktails et l’ambiance qui y règne en moins.

Quand même bien que vous passiez près des téléviseurs ou des systèmes de son pour baisser le volume, quelqu’un du personnel du Maxi & Cie revenait aussitôt vous regardant avec les gros yeux et remontait le volume.

C’est le consommateur qui a raison et il semble que la direction de Loblaw ne l’a pas compris.

Si le consommateur se rend à un endroit pour regarder ce qu’il peut se procurer en DVD, jeux vidéos, télé ACL, réveil-matin, divers câbles etc… et qu’il se fait casser les oreilles par les systèmes de sons et télé en place, bien il ne reviendra pas.

Le personnel de Maxi & Cie ne l’a pas compris.  Le consommateur a compris qu’il était mieux d’aller ailleurs et voilà le département électronique qui fermera.

Quand le Maxi & Cie Papineau/Crémazie fermera, car ça me semble inévitable, d’ici quelques mois ou deux ans au plus, le gérant M. Campeau du magasin ne semble pas avoir la compétence pour offrir aux consommateurs un endroit agréable pour magasiner, Loblaw se rendra compte qu’elle est bien mieux de fermer boutique au Québec et de se replier dans son ROC (Rest of Canada).

Au Québec, elle ne l’a tout simplement pas.

Si le modèle de gestion Loblaw marche en Ontario et ailleurs dans le ROC, il est clair qu’il ne fonctionne pas dans ses établissements du grand Montréal.

J’y ai vu bon nombre de Loblaw’s être convertis en Maxi & Cie et j’y ai vu un Loblaw’s (celui sur Henri-Bourassa près de la prison Tanguay) décrépir que maintenant je n’y vais plus, Métro avec sa bannière Métro Plus a gagné mon coeur de même que IGA Extra.

Même les Provigo ont perdu de leur lustre sous l’emprise Loblaw.

Que Loblaw quitte le Québec, en tout cas, moi je peux vous dire que j’ai quitté le Maxi & Cie Crémazie/Papineau pour la dernière fois.

Plus jamais on me reverra là.

En plus de l’enseigne et des panier d’épicerie en mauvais état, l’expérience y est vraiment déplaisante.

Si j’étais sur le BS je m’y plairais peut-être, mais encore, je doute fortement qu’un être humain sur l’aide sociale s’y sente à l’aise.

Adios Maxi & Cie !  Adios Loblaw de tout portefeuille de gestionnaire.  À quoi bon vouloir placer dans son portefeuille une compagnie qui ne va nulle part.

Même si M. Weston semble sympathique dans ses publicités, je peux vous dire que son personnel au Maxi & Cie Papineau/Crémazie est loin de l’être, vaut mieux fermer ce foutoir.

En regardant de plus près les finances de Loblaw, on y apprend qu’elle traîne une colossale dette de 4,7 milliards et dégage de maigres profits annuels de 656 millions sur des ventes qui stagnent à 30,7 milliards, une maigre augmentations de 2,3 milliards en quatre ans.  C’est peu.  Saviez-vous que ses profits ne représente que du 2,13% de marge de profits net.

Pas étonnant que Loblaw aille nul part en bourse depuis 10 ans.

Si on veut comparer, Métro dégage 354,4 millions de profits sur des ventes de 11,196 milliards.  C’est 1,03% de plus marge bénéficiaire net que Loblaw.  Vous êtes-vous déjà rendu dans un Métro Plus de Montréal?  L’expérience de magasinage est pas mal différente d’un Loblaw,

Même les Super C de Métro sont plus intéressants que les Maxi de Loblaw.

Pas étonnant qu’en disant Loblaw est un rendement de -5,09% et que pendant ce temps l’action de Métro obtienne un rendement de 385,48%.

Voyez-vous l’importance comme investisseur de se rendre sur les lieux et de constater la réalité et non que de lire des recommandations d’analystes.

Quand il est possible de le faire, je vous recommande de vous rendre sur les lieux d’un entreprise quotée en bourse, de goûter aux produits, de visiter leurs commerces.  Vous deviendrez un bien meilleur investisseur individuel ainsi.

Advertisements

2 réflexions sur “Maxi & Cie Papineau/Crémazie l’ultime leçon enseignée à Loblaw et qui peut vous servir à vous investisseurs

  1. maxi et cie papineau.les machines de recyclages de bouteilles.au nombre de 4.
    toujours une de brisée,les autres sont presque toujours pleines.le client doit aviser le service a la clientèleet on doit attendre 5-10-15 minutes et plus pour le service.le client doit-il être pénalisé.
    les caisses libre-services,il y en a toujours 1-2-3 de fermer.
    toujours,le plus souvent,q’autrement,dans le temps du rush,ou line up.

  2. Loblaw’s a annoncé qu’elle va fermé tout ses Loblaw’s au Québec, certain seront convertis en Provigo.

    Loblaws est une désolation sur toute la ligne au Québec.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s