Le Canada devrait voir les prix des maisons chuter de 25 à 30% si les taux d’intérêt augmentent d’environ 2%


C’est ce que prédis l’écomomiste Dean Baker dans une nouvelle sur La Presse Affaires.

Dean Baker est un des premiers économistes à avoir prédit l’effondrement du secteur immobilier aux États-Unis.

Cette fois-ci il prévient les Canadiens qu’ils pourraient voir le prix de leurs maisons chuter de 25 à 35 pourcent  si certaines mesures ne sont pas prises.

L’économiste, ne voit pas pourquoi les prix moyens des résidences au Canada sont environ 50 pour cent plus élevés que ceux constatés aux États-Unis.

Il mentionne que compte tenu des dégâts économiques que l’éclatement d’une bulle immobilière peut provoquer, Ottawa devrait chercher à resserrer davantage ses réglementations, et la Banque du Canada devrait songer à augmenter ses taux d’intérêt.

Je vais vous dire cher lecteur que je trouve monsieur Baker très optimiste.  Car il y a une donne que l’économiste n’a pas tenu compte, le Canada connaît une très faible croissance démographique, surtout le Québec.  Ces prévisions sont selon moi très conservatrice, voir une baisse de 60 à 75% dans l’immobilier ne me surprendrait aucunement.

Évidemment on sait tous que le municipal fait de la pression sur les autres paliers de gouvernement afin que son parc immobilier demeure à prix élevé, pour mieux taxer.

Parlant d’offre et de demande, actuellement au Québec au niveau immobilier l’offre est stable et la demande faiblit alors que les prix augmentent.  Je n’ai jamais vu cela.  Expliquez-moi comment en terme d’offre et de demande que les prix peuvent augmenter alors que la demande faiblie ?

Réponse: parce que le système est volontairement manipulé par les agents, les banques et les constructeurs.


12 réflexions sur “Le Canada devrait voir les prix des maisons chuter de 25 à 30% si les taux d’intérêt augmentent d’environ 2%

  1. Le canada ne verra rien du tout, ce monsieur ferait bien de prendre des cours d’histoire, les subprimes et la spéculation sur l’immobilier c’était chez lui, les canadiens ont été et demeurent beaucoup plus raisonnable à ce sujet.

    1. Donc selon vous à Montréal un petit bungalow (vraiment petit on parle d’environ 600 pieds carrés habitable avec une cave de 4 pieds) avec un terrain de 5 000 pieds carrés qui se vend 260 000$ c’est logique alors qu’aux États-Unis il se vendrait 150 000$ et disons à Saint-Hyacinthe, 125 000$?

      Je vais vous dire moi, que l’économiste américain est drôlement conservateur dans ses chiffres.

  2. Et oui tous les échelons sinon l’acheteur font pression pour conserver des prix élevés. Comme mentionné, la ville a tout intérêt à surévaluer son parc pour mieux taxer, le vendeur pour s’enrichir, les agents pour leur commission et ainsi de suite. Aussi longtemps qu’il y aura une entente tacite je ne vois pas pourquoi les prix baisseraient, les acheteurs se fient à leur agents et sondent le marché qui demeure surévalué. Si tous les prix sont surfaits, il finira quand même par acheter et s’endetter un peu plus que prévu(car chacun doit être propriétaire selon une certaine norme sociale). En bref ceci peut durer encore longtemps. Je suis complètement d’accord sur la logique mais je doute que cela change si vite.

  3. C’est bien simple si le marché immobilier ne descend pas, l’économie va descendre et on va se retrouver taxer par dessus la tête. Je vais vivre dans une tente prospecteur avant d’être esclave pour 30-40 ans.

  4. Le paris sont ouverts 🙂 La baisse vertigineuse n’est pas pour tout de suite selon moi. Le marché se maintiendra aussi longtemps que les gens pourront s’endetter à souhait et que les régulations seront inexistantes ou presque.

    1. Pourtant Anton ce n’est pas une question de paris ici mais bel et bien une question de gros bon sens.

      Qu’est-ce qui a monté le plus vite depuis 10 ans, les salaires ou les prix immobiliers?

      Si, les taux ont baissé mais la capacité d’emprunt des acheteurs est maintenant limite même qu’elle dépasse maintenant toute logique.

      À moins que le secteur privé commence à verser des augmentations de salaires de 7% et plus d’ici les dix prochaines années, je me demande bien comment l’immobilier pourra encore croître.

      Car il ne faut pas oublier en toile de fond que les constructeurs bâtissent des maisons plus rapidement que le taux de croissance démographique.

      Le marché est actuellement biaisé et laissez-moi vous dire que ce que l’économiste américain prédit, c’est très conservateur.

  5. Je ne comprends pas pourquoi vous argumenter que le prix des maisons est « illogique » a Montreal. Le prix est une question d’offre et de demande. Il y a une offre limitée de maison a montreal (peu d’endroit ou construire sur l’ile outre l’extreme est/ouest) alors que la demande est forte. A Sainte-Hyacinthe (ville que je ne connais pas vraiment mais qui n’est pas sur une ile), je présume qu’il y a encore de la place et que la demande n’est pas si forte que ca. Quand a nos voisins du sud, il y a une tres grande offre (suite a tous les defauts de paiement) ce qui tire les prix vers le bas. Ces prix vont toucher le font (si ce n’est pas déja fait) et vont eventuellement remonter tranquillement pour rattraper les prix canadiens (pour des marché/villes comparabables bien sur).

    Quand aux données démographiques, on prévoit un accroissement (modeste) de la population et du nombre de menages au Québec au moins jusqu’en 2050, et ce surtout a cause de l’immigration.

    Une baisse de 60% de la valeur des maisons est absoluement illusoire! Si ca arriverait, je serais le premier a en acquerir au moins 2 (j’en ai deja une), et c’est justement pour ca que ca n’arrivera pas, car la demande est forte, et le restera! Mon avis est qu’une hausse de 2% des taux d’interets s’etalerait sur environ 18 mois et provoquerait probablement une stagnation ou leger recul des prix (-5%) qui s’effacerait en moins de 2 ans.

    Ce qui me deprime, c’est quand je vois des gens qui ont 35 ans, travaillent depuis 10 ans et plus et ils n’ont pas une balle pour mettre en cash down sur une maison. 0$! Evidemment, ces gens se plaignent du prix exorbitant des maisons (et souhaitent une baisse phénoménale, comme vous). Ils ne se questionnent meme pas sur les choix de vies qu’ils ont fait pour etre aussi cassés…

    1. Olivier, je vois que vous faites partie des gens qui se laissent endormir par les agents, les banquiers et les constructeurs ou que vous ne conaissez absolument rien en immobilier.

      Si vous pensez que c’est normal pour un couple ayant 70 000$ de revenus (avant impôts) de dépenser 1 700$ par mois pour se loger (taxes et hypothèque seulement) et bien faut croire que c’est moi qui comprends rien.

      Mais je sais que je comprends et très bien à part de ça.

      Montréal a vu sa population décroître en 10 ans et le prix des maisons à doubler. Alors ai-je besoin d’aller plus loin pour vous dire que votre histoire de demande ne se tiens pas. Ce sont les agents qui créer la demande et les banquiers qui la nourrisse avec des bas taux. Sauf qu’au rythme ou les ménages et les gouvernements d’endettent, comment voulez-vous que les taux ne montent pas?

      La plupart des gens qui s’endettent pour acquérir une maison le font trop souvent sans en avoir les moyens. Les banques font en sorte qu’ils aient les moyens, la SCHL leur facilite la vie. La réalité est que si ces gens là font fasse à 2% d’augmentation des taux, ils vont être pris à la gorge.

      Vos données démographiques sur le Québec sont totalement erronés. Dès 2030, la population active du Québec va décroître, donc moins de monde pour payer des impôts. Ce n’est pas dans 30 ans, mais dans 20 ans. Le fiasco total démoigraphiquement parlant.

      Une baisse de 60%, monsieur, croyez-moi je suis très conservateur. Venez pas me dire que ça se peut pas. C’est arrivé au sud de la frontière chez nos voisins américains. Pourquoi on serait différent d’eux? La seule raison que je vois pour l’instant c’est que le gouvernement nourrit la chimère en ayant mis 200 milliards dans la SCHL pour supporter les banques sur le dos des contribuables. Il n’a fait que retarder le même sort qui guette l’immobilier au Canada: chuter drastiquement comme aux États-Unis.

      Les gens qui veulent acheter une maison avec 0$ peuvent encore le faire avec les passe passe des banquiers. Ceux-ci n’évaluent plus l’avoir des gens mais leur capacité de payer et parfois jusque sur 40 ans.

      Je travaille depuis 20 ans, j’en ai de l’argent pour mettre sur une maison mais JAMAIS j’achèterais à ce prix.

      À ceux qui me demande pourquoi je n’achète pas une maison je leur réponds par une question. « Achèteriez-vous 2 litres de laits à 8$ ». Leur réponse, bien non c’est bien trop dispendieux. Voilà, tu as ta réponse pourquoi j’en ai pas.

      « Oui mais une maison c’est un investissement et ça n’arrête pas de monter », qu’ils me répondent.

      Et là je me retiens pour pas leur dire, bande de caves c’est une dépense pas un investissement.
      J’ajouterai que depuis 10 ans, ça augmente uniquement pour que la ville maintiennent son bas taux de taxation mais qu’elle taxes sur un plus gros montant.

      Sinon, la petite maison en rangée qui se vendait 79 000$ en 2001, est encore la même 9 ans plus tard et qui se vend à 149 000$. À part s’ils ont fait une mise à jour de la toilette en la remplaçant pour une en or, je ne vois pas pourquoi le prix de la maison en question à doubler.

      C’est juste une chimère nourrie par les banquiers, les agents, les assureurs, les constructeurs et la SCHL.

      Autrement dit, ça ne tient qu’à un fil avant que ça tombe.

      La personne qui a 35 ans et qui travaille depuis 10 ans, vous ne vous êtes pas demander pourquoi elle n’a pas d’argent de côté pour un premier versement sur une maison? Peut-être que c’est justement parce que l’immobilier (prix des loyers inclus) est devenu trop cher depuis 10 ans.

      Actuellement à Montréal, c’est 725$ pour un logement 4 1/2 très modeste dans le Nord de la ville ou dans l’Est. Vous voulez acquérir un condo modeste et de même grandeur? Doublez le prix. 1 450$ par mois.

      Si vous me dites que c’est logique bien bon sens, trouvez moi un cours de logique 101, je vais m’y inscrire.

      1. 1- Il faut acheter dans ses moyens. S’endetter au dessus de sa capacite de payer pour n’importe quoi est mauvais. Le couple en question peut tres facilement louer une logement pour la moitie de ce prix. Personne n’est forcé a acheter quoi que ce soit.

        2- La population de montreal n’a pas decru pendant les 10 dernieres annees (http://en.wikipedia.org/wiki/Montreal). La population sur l’ile s’est legerement accrue et la population du grand montreal s’est accrue significativement.

        3 – La population active != nombre de ménages. Les ainés aussi se logent. Certe, il n’y aura pas autant de demande pour les unifamililale, mais si vous remarquez bien on en construit pas tellement a montreal ces dernieres annees non plus… Mes previsions demographiques ne sont pas « totalement erronés » comme vous le dites; voir les differents scenarios de l’ISQ, dont le scenario « A », si la tendance se maintient : http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/societe/demographie/persp_poplt/pers2001-2051/index.htm

        Graphigue specifique a la region metropolitaine de Montreal:
        http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/societe/demographie/persp_poplt/pers2001-2051/evol_rmr462.htm

        Je crois que vous avez sans doutes raison quand vous dite qu’il est moins cher de louer que d’acheter, mais bien souvent, on ne parle pas de la meme qualité de logement non plus. Il s’agit plus d’un choix de vie que d’un investissement, selon moi. Certains preferent mettre leur argent ailleurs et c’est tres bien comme ca. Outre ce fait, vous ne pouvez pas comparer directement le prix du loyer locatif mensuel a un versement hypothecaire car une partie de ce versement est un remboursement de capital qui doit etre compter comme de l’epargne. Bien sur, on doit aussi compter les taxes, assurances, frais de coproprietes et autres charges a assumer dans le cas d’un condo.

        Outre cela, le reste de vos arguments tournent autour d’un gigantesque complot que les divers acteurs du milieu immobilier monterait contre tout le monde. Eh bien, si c’est ce que vous croyez, vous pourriez peut-etre essayer de demarrer une cooperative d’habitation pour court-circuiter tous ces gens malhonnetes. A vous entendre, vous pourriez ainsi livrer des logements a une fraction du prix.

      2. Content que vous croyez vos statistiques et votre vision de Montréal.

        Pourtant j’y suis depuis 1994 et je peux vous dire qu’en 10 ans la population de l’Ile de Montréal a stagné. La grande région c’est sûr mais là je parlais de Montréal pas des villes dortoirs aux alentours.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s