L’immigration, un faux remède pour l’économie du Québec


La ministre de l’Immigration du Québec, Kathleen Weil, devrait bientôt annoncer un plan quadriennal d’immigration.

Le gouvernement du Québec prévoit garder le cap et accueillir 50 000 immigrants par année.

L’objectif : contrer le vieillissement de la population et pourvoir à 700 000 postes sur le marché du travail. Mais l’immigration n’aura qu’un effet marginal, prévient le philosophe Benoît Dubreuil dans son essai Le remède imaginaire, qu’il signe avec le démographe Guillaume Marois.

Je ne peux qu’être d’accord que l’immigration aura un effet marginal.  J’ajouterais qu’il faut choisir son immigration, niveau de diplôme, fortune et langue parlée.

Lisez l’entrevue de messieurs Marois et Dubruile sur cet article de Cyberpresse.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Up ↑

%d blogueurs aiment ce contenu :