Obama et la spéculation sur le prix du pétrole


Sacré Barack Obama, pour se faire un capital politique, il demande d’enquêter à Wall Street sur une possible spéculation sur le prix du baril de pétrole.

Bon pour les américains et d’autres qui ne comprennent pas, je vais expliquer ce qui a fait monter le prix du pétrole ces derniers mois:

– le manque d’efficacité du gouvernenent américain en matière de gestion publique. Trop d’endettements jumelés à des déficits giganteste… Ce qui fait que nombreux investisseurs achètent des contrats sur le pétrole pour se protéger de la baisse du dollar américain

– l’OPEP controle environ 30% de la production mondiale de pétrole et un de ses leaders, l’Arabie Saoudite diminue sa production, officiellement pour équilibrer le marché qu’ils disent normal, la réalité est que les réserves saoudiennes baissent à vue d’oeil

– Les États-Unis ont beau être en récession, le BRIC consomme du pétrole comme jamais, la demande explose. Tellement qu’en ajoutant l’Indonésie à ces quatres pays, bientôt leur consommation en pétrole équivaudra à cinq fois celle des États-Unis. C’est ce que monsieur Obama va vite devoir comprendre, que le prix des matières premières n’est plus « driver » par la demande américaine.

– Les réserves mondiales de pétrole baissent (réserves non extraites) et les nouveaux gisements coûte plus cher à exploiter, par exemple les sables bitumineux de l’Alberta et ceux en mer au large du Brésil

– Évidemment la hausse du coût du pétrole augmente aussi les coûts de son transport par pétrolier et vers la station-service une fois raffiné

– parlant raffinage, les gisements comme les sables bitumineux exige des méthodes de raffinage plus coûteuse pour produire l’essence

Au lieu de taper sur le clou de l’impossible spéculation sur le prix du pétrole, Obama devrait aider les fabricants de moteurs et d’automobiles à se convertir au gaz naturel, l’énergie fossile la plus propre disponible et moins coûteuse et dont les américains possède à outrance sur leur territoire ou à proximité, ce qui réduirait grandement leur dépendance à l’importation de pétrole brut.


2 réflexions sur “Obama et la spéculation sur le prix du pétrole

  1. La demande d’enquêter sur une possible spéculation sur le prix du pétrole est de toute évidence pour calmer la grogne américaine qui fait de plus en plus de bruit … et les « pauvres », ils n’ont pas finit de grogner.

    Vous avez raison l’Arabie Saoudite réduit sa production et ce n’est qu’un début, la prochain raison qu’ils évoqueront sera de conserver cette richesse pour leurs générations futures, et attachez vos tuques parce que les réductions vont s’accentuer à un rythme ahurissant parce que leur puits s’assèchent plus vite que vous ne pouvez l’imaginer.

    Ce que les amerloques et les canadiens et la majorité des consommateurs en fait, ne réalisent pas, est que les réserves mondiales affichées ne sont que de purs mensonges. En 1988, les partenaires de l’OPEP ont tous recalculés leurs réserves au double dans le but de pouvoir augmenter leur cota de vente. C’est comme ça que ça marche. Sauf que personne ne peut vérifier la véracité ou l’exactitude de leurs réserves. Et selon la plupart des géologues le PIC de production mondiale de pétrole a été atteint et nous sommes sur la pente descendante qui sera plus abrupte. Il ne s’est fait aucune découverte de gisement majeur exploitable à faible coût depuis 1969/1970. On n’arrive même pas à remplacer avec de nouvelle découverte le pétrole que l’on extrait. On consomme +- 85/87 millions de barils/jours et selon de toute évidence nous ne dépasserons jamais ce plafond, malgré la demande en constante augmentation.

    Utiliser le gaz naturel n’est pas non plus une solution à mon avis, peut-être moins polluant ou plus abondant, mais transformer le parc automobile actuelle serait beaucoup trop dispendieux, ni les USA, ni le Canada ou quiconque en a les moyens. Il faut changer nos habitudes et l’explosion des prix du pétrole va nous y forcer.

    1. C’est comme dire que transformer le parc actuel en voitures électriques coûteraient trop cher.

      Il faut commencer quelque part. Et croyez moi, les Esso, Suncor, BP, Shell de ce monde préfèreraient grandement vendre aux automobilistes du gaz naturel que de voir le parc automobile leur glisser entre les doigts au profit de l’électricité, chose qui n’arrivera jamais.

      J’ai hâte d’entendre des propriétaires de Nissan Leaf nous parler des conditions hivernales du Québec 🙂 Je sens que je vais en rigoler une shot.

      Oui effectivement les partenaires de l’OPEP ont surestimé leurs réserves de beaucoup. Sauf que l’OPEP contrôle l’aspect psychologique du pétrole mais en réalité elle a moins de 30% des réserves mondiales.

      C’est le Canada le mieux placer pour profiter de la « chute » de l’Arabie Saoudite, sauf que nos sables bitumineux coûtent pas mal plus cher à extraire, mais ça fait l’affaire des américains, nous sommes tellement plus près d’eux.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s