Le 6e plus gros actionnaire, Jarislowsky Fraser, largue Research in Motion


Dans une entrevue accordée au Canal Argent vendredi, M. Stephen Jarislowsky a confirmé que son entreprise de gestion d’actifs, Jarislowsky Fraser, avait largué plus de 50% de ses actions dans Research in Motion (RIM).

«Nous nous dirigeons vers la sortie», a-t-il confié.  Rien d’étonnant.

La firme Jarislowsky Fraser était il y a quelques mois le 6e plus gros investisseur de RIM.

Selon M. Jarislowsky et je ne peux qu’être en accord avec lui, les dirigeants de RIM se sont assis sur leurs lauriers et ont perdu leur avantage comparatif.   Il ajoute que Steve Jobs avec Apple fait un bien meilleur travail de marketing que RIM.

M. Jarislowsky a ajouté que le marché du téléphone intelligent était inondé par la concurrence et que le BlackBerry était en voie de devenir une commodité. Comme il dit «Vous ne trouvez plus d’attrait pour les fabricants de télévisions. La même chose est en train de se produire pour les fabricants de téléphones intelligents».  Disons bien sûr que Apple est encore l’exception.

M. Jarislowsky n’a toutefois pas exclu que RIM soit rachetée par un autre joueur dans le monde de la techno. Il a souligné que les difficultés de RIM ne signifiaient pas que l’entreprise ferait faillite, mais qu’elle subirait une marginalisation progressive.  Comme il a dit, Magnavox existe encore. Nokia existe encore, mais ces entreprises ne sont plus ce qu’elles ont déjà été.

Comme j’avais prévu, le titre de RIM a été sévèrement puni par les investisseurs récemment, dont vendredi.  Les investisseurs digèrent mal les résultats trimestriels et les prévisions à la baisse du fabricant du BlackBerry et la tablette PlayBook.

Ce que monsier Jarislowsky ne dit pas c’est que RIM n’est plus capable de rivaliser avec ses concurrents en offrant des produits innovateurs.

Rien ne va plus chez RIM et ce qui me fait encore plus peur c’est que rien n’a été annonçé de concret pour relever l’entreprise sauf des mises à pieds.  Des mises à pieds, ça n’envoie pas sur le marché de meilleurs produits que la concurrence mais ça envoie surtout le message que vous êtes dans une mauvaise posture face à la concurrence.  Y a-t-il eu des mises à pieds récemment chez Apple ?

Parlant de téléphones intelligents, un concurrent de RIM et Apple va s’embarquer dans une longue bataille judiciaire avec Oracle.  Ainsi, Google est poursuivit pour s’être emparé de brevets liés à Java, langage appartenent à Oracle, qui poursuit Google pour plusieurs milliards.

Pendant ce temps tout baigne chez Apple et avec raison.  Le  iPhone et le iPad sont dominants sur le marché.

Pour revenir à RIM, je pense maintenant que les actions vont tomber sous les 20$ et ce très bientôt.  Est-ce que ça sera un bon achat à 20$ ?  Ma réponse.  Non si les chiffres demeurent les mêmes.  Oui si RIM annonce une baisse de prix majeure de sa tablette PlayBook.  Malgré que ce produit est inférieur au iPad 2 de Apple, la PlayBook pourrait en séduire plusieurs si elle se détaillait par exemple à 349$ au lieu de 499$.

À quoi bon vendre un produit presque le même prix que la concurrence si celui-ci est largement inférieur par rapport à la concurrence ?

Pourquoi ne pas utiliser la bonne vieille méthode de ‘dumping’ pour innonder le marché avec un produit moyen ?

Actuellement RIM est en mode survie.  Non pas que l’entreprise pourrait faire faillite parce qu’elle a aucune dette, mais parce qu’au niveau de son parc de produit, elle est loin derrière la concurence.  Avec les tablettes compatible Windows qui vont inonder le marché d’ici décembre, il serait grand temps pour RIM de se réveiller.  Youhou!  Ça dort à Waterloo.

En terminant je vous invite à porter une attention particulière aux transactions d’initiés.  Le 31 mars dernier, on apprenait que Michael Lazaridis, le co-CEO de RIM, avait largué sur le marché 1,8 millions d’actions de RIM a un prix moyen de 62,546$.   C’était durant la période de sommet de l’action cette année, atteinte aux mois de février-mars.

Donc la prochaine fois que vous apprenez qu’un haut dirigeant d’une entreprise largue un important bloc d’action,  peut-être que vous pourriez vous accrocher aux options de ventes de cette entreprise et rammaser le magot.  Ceux qui détenaient des options de ventes de RIM depuis avril ont passé à la caisse pas à peu près, d’autant plus que les options de juin tombaient à échéance hier.

J’ai détenu personnellement des options de ventes sur RIM pour Juin @ 72.

Reste maintenant comme investisseur à trouver le prochain bateau qui prendra l’eau et d’acheter des options de ventes.  Je vais investiguer de près, ça pourrait être Bombardier, mais l’entreprise bénéficie de tellement de bons mots dans Cyberpresse que je crois sincèrement que cela influence le cours des actions.  Pour moi la réelle valeur de l’action de Bombardier est de 3$ pas  6,98$.  Mais il faut être prudent avec les options sur des entreprises qui sont si bien chouchoutés dans les journaux.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s