Le domaine de la restauration à Drummondville en grave danger


Vous savez on apprenait aujourd’hui que le fameux Madrid, presque le point exact entre Montréal et Québec fermera ses portes pour laisser place à une halte routière avec quelques chaînes de restauration populaires.

Évidemment ça ne prend pas la tête à Papineau pour comprendre que la ville de Drummondville aurait dû acheter le Madrid et le fermer.

Pourquoi ?  Parce qu’en faisant cela, elle fermait la compétition qui va s’y établir.

Qu’on se comprenne.  Le Madrid ferme non pas parce que c’était une machine à imprimer de l’argent, mais parce que soyons franc et disons-le nous franchement, la nourriture y était bien ordinaire.

Le Madrid fermé, et réouvert avec une station d’essence moderne, quelques chaînes de restaurations populaires et voilà que cet endroit pourra prendre facilement 35% de la clientèle qui s’arrêtait à Drummondville.

35% de moins en achalandage c’est assez pour faire fermer à Drummondville un St-Hubert, un Score’s, un Normandin (devenu tellement dispendieux) ou n’importe lequel des restaurants rapides de l’endroit à moins de 1 km de la 20 ou même les stations services à proximité de l’autoroute.  35% en achalandage c’est souvent la différence entre les profits et les pertes.

Je pense sérieusement que la ville de Drummondville ou du moins s’associer avec la chambre de commerce locale, n’aurait dû ne pas être chiche et débourser 4 millions pour veiller à l’intérêt de certanes de ses PME locales.

Moins de monde qui arrête à Drummondville, c’est moins de monde qui y font virer l’économie locale et qui lisent le petit journal local ou qui décident d’arrêter dormir dans un établissement de l’endroit.

Déjà je sais de source sûres de plusieurs personnes de mon entourage que lorsqu’ils vont à Québec, ils n’arrêtent plus faire le plein à Drummondville au besoin mais s’arrête au « Big stop » (quel nom merdique) à Saint-Liboire où ils peuvent maintenant faire le plein à coup moindre qu’à Montréal (17 cents de moins ce samedi) et manger au St-Hubert Express.  C’est donc dire que Drummondville souffre déjà de la compétition de l’Ouest, elle souffrira maintenant davantage de la compétition à proximité, provenant de l’Est, soit le nouveau site du Madrid.

Je ne dirais pas encore « Pauvre Drummondville » mais je trouve que ça commence à être triste de voir cette ville dépérir avec des infrastructures qui n’ont plus la capacité de la population d’aujourd’hui.  Pouvez-vous me croire quand j’apprends qu’il y a maintenant des bouchons monstres sur le boulevard Saint-Joseph parce que celui-ci, l’artère principal pour traverser la ville du Nord au Sud, ne fourni plus.  Sur les heures de pointes paraît que le matin parfois il y a un bouchon de plus de 1km (je sais c’est rien à comparer à Montréal ou Québec) aux abords du pont principal qui donne accès au centre-ville des gens provenant de l’Est.

Qui veut maintenant investir à Drummondville ?!?!?!  Faudrait que l’administration municipale en place en donne le goût à ceux qui désirent s’y établir.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s