Obama utilise trop son droit de parole


Hier j’entend ma blonde chiâler que pendant son émission à Fox, le président Obama intervient pour à peu près rien nous dire sur les négociations en cours avec les républicains sur le rehaussement du plafond de la dette américaine.

Ça devient lassant… Pourquoi Obama utilise-t-il autant son droit de parole de s’adresser à la nation pour… rien apprendre de neuf.

Bien sûr il veut mettre sur le dos des républicains la faute de ne pas s’entendre sur un rehaussement du plafond de la dette.

La taille de la dette actuelle n’est pas plus de la faute des républicains que des démocrates.

Je comprends que les États-Unis ne veulent pas perdre leur cote de crédit AAA mais je ne connais pas de pays ou d’entreprise qui font d’aussi large déficits et qui s’endettent autant qui ont une cote AAA.  Cette cote est attribué davantage par chauvinisme de la part des agences de notation américaines que de la réalité de l’état des finances du gouvernement américain.

Malgré qu’il y est une entente sur le rehaussement du plafond de la dette, les américains vont perdre cette cote AAA.  Bien sûr tout le monde va maudir Standard & Poors, Moody’s et compagnie au lemdemain de cette décote.

Mais cette cote sera encore loin de la réalité.

Quand on regarde le tableau suivant, j’aurais tendance à donner aux États-Unis la cote de B+.  Mais les agences seront bonnes et vont donner une AA+ en mentionnant que cette cote est tout de même dans le top dans le monde.

Encore une fois on sera loin de la réalité.

Mais si jamais les États-Unis tombaient réallement en défaut de paiement… ça s’appelle au mieux la cote CCC+.

Vous verriez alors les taux d’intérêt sur les bons du trésor monter en flèche.  Donc si les intérêts à verser pour emprunter augmentent, cela veut dire que la portion du budget américain pour repayer la dette augmentera également.  Donc coupures extrêmes à prévoir dans le budget américain pour des dépenses plus « essentielles ».

Obama, en génie, veut proposer d’augmenter les impôts.

Quelle décision trop facile pour un politicien.

La vraie chose à faire est d’instaurer une taxe nationale de vente et d’abolir les impôts.

Ainsi celui qui veut économiser n’est pas taxer et celui qui surconsomme est pénalisé.

C’est à mon avis la seule chose que les américains peuvent faire pour s’en sortir.

D’ici le 2 août prochain, j’espère qu’Obama n’abusera pas trop de son droit de parole à la nation.  Depuis qu’il est en place je n’ai jamais vu un président apparaître si souvent à la télé en prime time.

Est-ce que comme Deion Sanders on devra surnommer Barack Obama « prime time » ?

Quoi qu’il en soit ce président ne livre pas la marchandise et son « Yes we can » est plutôt devenu un « Yes we can go bankruptcy ».

 

 

 

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s