Pauline, Jean et 240 milliards de dettes


Pendant que Pauline Marois réclame la démission de Jean Charest et qu’elle s’accroche à son poste au PQ, dans la nuit de lundi à mardi, le Québec a franchi le triste cap des 240 milliards de dettes.

Pour Pauline et Jean on va régler ça rapidement.

Pauline s’entête à rester à son poste dans les mêmes proportions et illogisme que Jean Charest s’accroche à ne pas déclencher de commission d’enquête sur l’industrie de la construction au Québec.

Maintenant le gros morceau, 240 milliards.

Grosso modo, on peut dire que c’est 30 000$ de dettes publiques par citoyen québécois.

Une catastrophe.

C’est pour se 240 milliards qu’il faut doubler les frais scolaires, augmenter le prix des places en garderies et couper du 1/3 les employés de la fonction publique qu’ils soient contractuels ou occasionnels.  Oui un consultant informatique à 175$ l’heure est pour moi un contractuel qui doit céder sa place à un jeune diplômé universitaire avec trois à quatre ans d’expérience et qui coûtera au Trésor québécois pas plus de 35$ de l’heure soit cinq fois mois.

Investir au Québec ?

Vous voulez rire, avec les cabochons décideurs qu’il y a ici et les encore plus cabochons qui les élisent, fuyez le Québec.

J’ai proposé dans un récent article d’abolir les impôts aux particuliers et aux entreprises et d’augmenter la TVQ à 23%, on me crucifie virtuellement.  Pourtant avec cette option on s’enrichirait collectivement et la surconsommation laisserait place à l’épargne, le nécessaire à prospérer.

Évidemment cette gang de surconsommateur qui ne comprennent rien aux rouages de l’économie aurait préféré et de loin d’abolir la TVQ et d’augmenter les impôts aux entreprises.

C’est triste !  Mais rappellez-vous qu’une société a les politiciens qu’elle mérite.  Ses politiciens ne s’élisent pas tout seul et dois-je vous rappelez qu’une majorité de québécois ont élit Jean Charest, monsieur endettement lui-même, aux dernières élections ?

On va élire François Legault que vous allez me dire.

Bon sens, y a-t-il seulement un lecteur sur ce blogue qui sait ce que François Legault veut faire et qui comprend lucidement l’implication du milliardaire Charles Sirois ?

Si oui expliquez-moi ça en détail avec vos mots et non avec des hyperliens.

Parce que je vais vous faire ma prédiction sur François Legault.  C’est une mode qui est bien passagère.  Quand journalistes et électeurs s’interrogeront sur la présence de Charles Sirois dans l’entourage de François Legault, plusieurs vont fuire à nouveau vers le PQ, le PLQ, l’ADQ,  l’Option je ne sais plus et aussi vers l’autre, celui qui a rien qu’à dire… bref rien de bien intelligent à dire économiquement parlant, juste pour pas trop l’écorcher car quant à moi Québec Solidaire c’est le parti du moine qui entre au monastère et qui fait veut de pauvreté..  Je pense que le Québec est bien assez pauvre comme ça.

Jje sais vous aller me dire que je suis alarmiste, peut me diront réalistes car après tout vous ne voulez pas vous en sortir réellement de ces 240 milliards de dettes…  Qui soit dit en passant sont juste derrière la Grèce.

Avez-vous pris le temps de réaliser et comprendre ce qui se passe présentement en Grèce et de vous dire que le Québec peut passer par la même voie?

Je pense que si aujopurd’hui, en ce magnifique début d’automne, qu’un seul de mes lecteurs réussit à convaincre deux autres personnes de se qui se passe réellement en Grèce, bien ça va réveiller du monde.

Les Québécois ont des rêves comme tous.  Il serait temps qu’ils se réveillent afin de les réaliser.  Déjà avec deux prises contre nous avec ce 240 milliards de dettes, laissez-moi vous dire que la tâche est lourde pour réaliser vos rêves.

Le Québec a franchi la barre des 240 milliards de dettes presqu’à la même vitesse que Usain Bolt franchi le ruban au bout des 100 mètres.  Bolt s’arrête de courir par la suite, malheureusement pour les québécois, les dettes continuent de s’empiler sur les 240 milliards.

Finalement les québécois n’aiment pas les riches et les entrepreneurs.  Ce sont pourtant eux le moteur économique du Québec.  Vous allez me dire des preuves, des preuves.  Une majorité de québécois ne veulent rien entendre de Pauline Marois parce qu’elle est mariée à un millionnaire et non parce qu’elle est à la tête d’un parti souverainiste.  Vous allez me dire encore des preuves.  Bien au printemps dernier aux élections fédérales, les québécois ont dit non à Gilles Duceppe et son parti souverainiste qui a pratiquement été rayé de la carte.  Encore plus de preuves?  Bien dans un récent sondage, Gilles Duceppe battrait Jean Charest aux prochaines élections s’il était à la tête du PQ.

C’est bien là des preuves que les québécois n’aiment pas les riches.

Soit-dit en passant Charles Sirois est milliardaire et François Legault multi-millionnaires, lui a qui longtemps été associé à Air Transat.  Pensez-vous un instant maintenant que le riche François Legault a des chances de devenir premier ministre?  Bien avec la mentalité des québécois qui n’aiment pas les riches, évidemment que non.

Quand les journalistes vont commencer à s’attaquer à François Legault, le politicien et non l’animateur d’Option quelconque, quand les journalistes vont nous montrer des photos de sa résidence cossue à Montréal, ce qu’il conduit, sa résidence secondaire… évidemment comme Pauline Marois les québécois vont désenchanter rapidement et devinez qui risque de profiter de tout cela?  Jean Charest.  Ha non pas lui vous allez me dire tous en choeur.  Arrêtez-moi ça vous l’adorer, vous l’avez élu majoritairement aux dernières élections.

Fuyez le Québec chers investisseurs, le Québec est la future Grèce de demain, une province qui risque de faire l’histoire d’être devenue souveraine parce qu’elle aura été évincée d’une fédération qui n’en pouvait plus de payer pour elle et les idées de morons pour s’appauvrir  de la majorité de ses citoyens.


2 réflexions sur “Pauline, Jean et 240 milliards de dettes

  1. Vous dites,
    « J’ai proposé dans un récent article d’abolir les impôts aux particuliers et aux entreprises et d’augmenter la TVQ à 23%, on me crucifie virtuellement. Pourtant avec cette option on s’enrichirait collectivement et la surconsommation laisserait place à l’épargne, le nécessaire à prospérer. »

    Pourriez-vous m’expliquer ceci, si on diminue la consommation il y aura donc moins de production nécessaire; c’est la loi de la demande et de l’offre, ça va de pair, alors comment ceci va-t-il créer des emplois.
    Et en surplus avec moins de consommation il y aura moins de revenu pour l’État, la taxe sur la consommation étant la seule source de revenu, alors comment ceci aidera-t-il les finances publiques?

    1. Plus d’épargne donc plus d’investissements, moins de dettes, moins de monde malade donc baisse des coûts en santé pour le gouvernement.

      Fin de l’ėvasion fiscale.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s