La prochaine crise sera catastrophique


Hier Nouriel Roubini a été clair, une crise bancaire guette les pays occidentaux.

Cette semaine Jim Rogers a parlé que la prochaine crise ferait encore plus de ravage.  Rogers mentionne que les États-Unis ont quadruplé leur dette lors de la dernière crise et qu’ils ne pourront pas quadrupler leur dette à nouveau.  Idem pour la Grèce et bien d’autres pays.

Je l’ai déjà répété, il faut laisser agir les récessions.  La récession n’est pas la faille du capitaliste, au contraire, elle est là pour normaliser les excès du capitaliste.  Si on ne la laisse pas agir, on amplifie la prochaine récession.

Certains parlent beaucoup de l’été 2012 pour la prochaine crise.

Il est clair pour moi que cette fois-ci le Canada va y goûter comm un ouragan de force 5.

L’immobilier… méchante dégringolade à venir.  Quand je parle à des amis qui sont propriétaires tous m’ont dit qu’ils n’achèteraient pas leur présente maison au prix que le marché l’évalue.

C’est déjà un signe que ça ne fonctionne pas.

Dans les condos de luxe à Montréal, des condos affichés à $800 000, se vendent  maintenant à $600 000.

C’est un autre signe.

Le consommateur canadien n’est pas prêt pour une crise, le consommateur québécois encore moins.

Peu épargne.  La plupart se sont fait dire depuis 10 ans que leur maison est un investissement.

Désolé mais dans les temps qui courent, une maison c’est une dépense.

Jamais, avant 10 à 15 ans, quelqu’un qui a acheté sa maison depuis trois ans ne pourra la revendre au-dessus du prix payé avec la crise qui s’en vient.

Si vous croyez que les États-Unis y ont goûté lors de la dernière crise, attendez de voir la prochaine.

Le Canada va perdre sa cote de crédit AAA.  Les États-Unis vont passer à une cote A et bientôt BBB.  En Europe, la Grèce, l’Irlande, l’Italie, l’Espagne, le Portugal seront tous en défaut de paiement.

Ce n’est pas rose de telles situations.

Mais les politiciens pour contrer la récession ont décidé d’imprimer de l’argent pour renflouer les banques et en imprimer davantage pour lancer des mégas chantiers de travaux publics.

Quand on imprime de l’argent… on pousse par en avant le problème inflationniste.

Dans les années 70 pour contrer l’inflation ils augmentaient les taux d’intérêt.  À part les hypothèques, le consommateur à l’époque avait peu de dettes.

Cette fois-ci ils ne peuvent pas augmenter les taux, les consommateurs sont surendettés.  Pire encore, s’ils augmentent les taux à cause de l’inflation, la devise du pays va baisser, ce qui ne fera que contribuer à l’inflation vu que la majorité des biens sont produits à l’étranger.

La seule chose qu’ils pourront faire c’est de reserrer le crédit.

Ça fera mal aussi. En fait tout aussi mal.

Cela cause une immense déflation immobilière, des centaines de milliards de dollars seront volatilisés en bien immobiliers.

Ha vous allez me dire, ça fait des années que je pile mon argent et que j’attends ce moment.
Oui si vous avez peu de dettes, sinon oubliez ça, les banques vont tellement resserer le crédit qu’à part payer 30% de cash down sur votre maison, il sera presqu’impossible pour quiconque d’acheter une maison.

Ça c’est pour le volet immobilier.

Le volet emploi.

Bien lors de la prochaine crise, au Canada fermeront de nombreuses grandes usines.  Je ne serais pas surpris qu’avec sa lourde dette que Bombardier n’aient pas le choix de faire une immense cure d’amaigrissement.  Même chose chez les grands industriels présents au Canada.  General Motors, Ford, Alcoa pour ne nommer que ceux-là.

Des centaines de milliers d’emplois seront perdues.  Le taux de chômage pourrait aller chercher les 15%.

D’après moi durant cette prochaine crise, le Canada va devoir instaurer l’équivalent américain des timbres alimentaires pour que des millions de canadiens puissent se nourrir.

Qu’on se comprenne, le scénario que je prévois catastrophique.  Il sera probablement pire que ce que je prévois pour les québécois.  Le Québec est l’État du monde industrialisé le plus endetté par habitant.  La marge de manoeuvre du gouvernement pour relancer l’économie est quasi inexsistante.

Lors de la prochaine crise économique les québécois devront faire des choix douloureux.  Sabrer des millions de dollars en subventions à la culture.  Sabrer dans le système de santé.  Augmenter massivement les frais scolaires, les tarifs hydro-électriques, les produits de la SAQ, les tarifs gouvernementaux et probablement les impôts.

Pourtant une seule solution existe pour le Québec afin d’éviter le plus possible les effets de cette crise.

Abolir les impôts aux particuliers et aux entreprises et augmenter la taxe de vente pour palier aux revenus d’impôts perdus.

Abolir les impôts relancerait l’emploi et anéantirait l’évasion fiscale.  Augmenter la taxe de vente contrôlera la surconsommation qui fait surendetter les consommateurs et laissera la place à l’épargne.

L’épargne, c’est l’essentiel en économie. Mais l’épargne réelle, pas l’épargne selon Best Buy, Future Shop et autres grands magasins, j’y reviendrai dans un prochain article.
 


12 réflexions sur “La prochaine crise sera catastrophique

  1. Et si on interdisait le crédit sur les biens de consommation et facilitait l’emprunt à bas taux pour les entreprises?L’argent disponible irait là ou il a toujours du aller?J’aime bien votre idée d’abolir l’impôt et de favoriser l’épargne.Ça pourrait marcher si c’est fait de manière progressive quoiqu’il est un peu tard pour ça.On pourrait commencer avec un impôt fixe pour arrêter d’étoufer les riches.Le socialisme ça coute cher et ça ne produit aucune richesse.

  2. Votez independantiste.

    Non au neo-liberalisme anglo-saxon « pour un autre projet de societe en Amerique du Nord » (meme si vous etes plutot conservateur), rafflez le petrole en mer a l’est de la Province, federez les provinces de l’est d’avec le Quebec (referendums), developpez l’education, les nouvelles technologies, et les energies renouvelables.

    Et de meme « vive l’Ecosse libre ! »
    Rapport de l’ONU – Les Québécois plus heureux depuis la Révolution tranquille
    Mélissa Guillemette 4 avril 2012 Actualités en société
    Après la Révolution tranquille, les Québécois ont vu leur «taux de bonheur» croître plus rapidement que dans le reste du Canada, selon un rapport de l’Organisation des Nations unies (ONU). Le Canada se classe néanmoins cinquième parmi les pays les plus «heureux» du monde aujourd’hui.

    Dans leur premier World Hapiness Report, les chercheurs mandatés par l’ONU écrivent, citant des données canadiennes, que la différence de bonheur perçue par les Québécois entre 1985 et 2008 équivalait à l’effet de «doubler le revenu familial». Ces données concernent «surtout ceux qui sont francophones». Cette statistique sert à appuyer la thèse défendue par les auteurs que le bonheur n’est pas qu’individuel. Les conditions de vie et les changements sociaux influencent aussi le taux de satisfaction d’une population, affirment-ils après avoir réalisé une vaste revue de la littérature scientifique sur le bonheur.

    Ce premier rapport de l’ONU sur le sujet vise justement à inciter les États à intervenir pour satisfaire la population, pas seulement en favorisant la croissance économique, mais aussi en protégeant l’environnement et la santé, par exemple. «Des salaires à la hausse peuvent augmenter le bonheur, surtout dans les sociétés pauvres, mais favoriser la coopération et l’esprit de communauté peut faire encore plus, spécialement dans les sociétés riches», écrivent les auteurs.

    Le rapport établit clairement que la liberté politique, de bons liens sociaux et l’absence de corruption importent davantage que le salaire dans la cote du bonheur.

    Selon le rapport, le Canada figure au cinquième rang des pays les plus heureux, derrière le Danemark, la Finlande, la Norvège et les Pays-Bas. Dans ces quatre premiers pays, les répondants aux sondages affirment que leur taux de satisfaction par rapport à la vie est de 7,6 sur une échelle de 10. Les États-Unis se trouvent en 11e position. La Sierra Leone, la République centrafricaine, le Bénin et le Togo sont les derniers pays au palmarès. .

    Frivoles, les échelles internationales du bonheur? Pas du tout. Selon les auteurs, le bonheur doit «être pris au sérieux» parce qu’il «fournit un spectre plus large de possibilités de construire un monde meilleur, incluant de meilleures solutions pour combattre la pauvreté, la maladie et la guerre».
    http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/346659/rapport-de-l-onu-les-quebecois-plus-heureux-depuis-la-revolution-tranquille

    1. Ouf !

      Le Québec indépendant avec près de 400 milliards de dette. J’espère que vous ne croyez pas que ça peut être viable.

  3. Une autre prophétie de fin du monde. On est à l’été 2012 (pas mal loin dans l’été même) et où est la crise maintes fois annoncée le prophète??

    Oui, la fin du monde va aussi arriver un moment donné. Il ne faut pas cependant aller se cacher sous son lit, non??

    Hé que je l’attends aussi la crise immobiliére depuis au moins 7 ans. Donc, ça fait aussi 7 ans que j’attends LA prophétie. Si si si et si j’avais acheté il y a 7 ans, j’en aurais été satisfait aujourd’hui. J’ai perdu des années de qualité de vie familiale à attendre en vain et… Je n’ai pas fini d’attendre!! Alors, pas plus con qu’un autre, je vais prédire la crise immobilière pour l’automne 2018!

    Ah bordel, la fin du monde va arriver avant!

    1. Jorges Freitas… un autre qui se laisse endormir par les chiffres du gouvernement et qui croie que nous vivons dans un monde prospère alors que le Québec est l’entité politique le plus endetté DE LA PLANÈTE.

      Les grècques et les espagnols aussi traitaient les gens comme moi de la façon que vous faites.

      Aujourd’hui ils l’a trouvent moins drôle et pourtant des gens comme moi leur avait dit d’arrêter de surconsommer et de se surendetter.

      1. La qualité d’une prédiction dépends de sa temporalité. Oui, ça va arriver un moment donné. Un autre moment donné, ce sera ci et puis à un autre ce sera ça. Les autres crises européennes et américaines n’ont pas pris autant d’années à se concrétiser. Alors, je crois que le temps joue en faveur du désamorcement de l’éventuel éclatement de la bulle que l’inverse. Ça fait presque 10 maintenant que la bulle immobilière gonfle et qui devrait tout entrainer lors de son éclatement. Assoyez-vous car, elle n’a pas fini de gonfler!

      2. Il ne faut pas connaître grand chose en économie pour croire que la bulle immobilière n’a pas fini de gonfler alors que le revenu moyen disponible par canadien diminue de mois en mois.

        Un moment donné un couple ne peut pas consacrer 105% de ses revenus mensuels à la propriété. Actuellement la moyenne des couples canadiens dépensent plus de 50% de leurs revenus pour la propriété. Ça c’est la moyenne.

        Imaginez que ça laisse pas grand argent pour le reste (vêtements, épicerie, éducation, vacances et l’épargne).

        L’épargne étant la plus grande lacune, c’est celle qui est le plus pénalisé par la bulle immobilière.

        Les gens croient que la bulle va continuer advitam eternam et qu’elle éclatera alors que les taux hypothécaires monteront.

        Hé bien non. Elle va éclater quand l’incapacité de payer des gens sera présente.

        On est à deux doigts de ça.

        Dites-vous bien que ça coûter aux canadiens 500 milliards pour continuer de gonfler la bulle. Oui la SCHL a eu droit à 500 milliards d’injection monétaires pour soutenir les banques canadienne lors de la dernière crise financière.

        Donc la bonne santé du système bancaire au Canada est un illusion de 500 milliards.

        Aujourd’hui on pouvait lire que la CIBC somme le gouvernement canadien de dépenser pour soutenir l’économie alors qu’une récession majeure est en vue et que la Banque du Canada n’a plus de marge de manoeuvre pour la prochaine récession.

        Moi je dis, laisser agir la récession, elle existe pour contrôler les excès du capitalisme.

        Mais à la place tous essaie de la contrer alors qu’à force d’essayer de la contrer, la suivante reviens vous frapper encore plus fort.

        De tous les pays du G20, c’est le Canada qui sera le plus touché par la prochaine récession.

        Si vous pensez que ça va faire mal, trouvez vous un mot encore plus intense que mal.

        Moi je ne prédis pas pour une date, mais je vous dis ce qui s’en vient.

        Évidemment, le gouvernement canadien peut emprunter un autre 300 milliards et l’injecter dans l’économie.

        Mais ce système à la con du gouvernement ne peut pas durer longtemps, c’est uniquement nourrir une chimère.

        LAISSER LA RÉCESSION AGIR, voilà ce qu’il faut faire.

  4. Plus d’un an plus tard… Dans combien de temps encore déjà l’éclatement?? Si on était à deux doigts en 2012, on doit en être à un là.

    1. La prochaine crise vous êtes les deux pieds dedans. Ce n’est pas parce que le Dow Jones bat des records que l’Amérique n’est pas en pleine crise. Rappelez-vous que la Fed injecte dans le marché 85 milliards de dollars par mois. Des dollars qu’elle n’a pas, elle les imprime. De plus l’administration Obama a besoin d’emprunter 6 milliards par jour pour fonctionner. Sans compter le déficit qui lui ne cesse de se creuser. Ha oui, ils ont remonté le plafond de la dette.

      Tout ça pour relancer l’économie alors que la croissance du PIB américain n’équivaut même pas aux 85 milliards injectés par mois par la Fed.

      Où va ces 85 milliards, majoritairement dans les marchés boursiers, pour nourrir l’illusion que tout va bien alors que le taux de chômage réel des États-Unis affiche 30%.

      Sans compter l’inflation bien présente sur le marché et qui n’équivaut en rien au calcul de l’inflation qu’affiche les statistiques du gouvernement.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s