Les syndicats glorifient une éducation non soutenue.


Je trouve triste la situation du Québec et aussi du Canada où l’éducation non soutenue est davantage rémunérée que celui qui décroche un diplôme universitaire.

Prenons l’exemple suivant:

Un chauffeur d’autobus de la STM gagne 52 000$ la première année de service. Un diplômé en ingénierie chimique ne fait pas 45 000$ à sa première année.

Les syndicats contribuent grandement au décrochage scolaire post-secondaire.

Mettez-vous dans la peau d’un jeune homme de 18 ans. Terminé son Cégep et aller à l’université décroché un diplôme et cumulé 15 000$ de dettes étudiantes ou suivre une formation d’environ 1800$ pour obtenir rapidement son permis pour conduire des autobus ? Le choix est simple.

On observe la même chose chez Postes Canada en devenant facteur ou encore dans la construction où après quelques années, après une légère formation supervisée, vous obtiendrez prêt de 30$ de l’heure.

Chez plusieurs postes dans les chaînes de montage de GM, Toyota et Ford en Ontario, on observe le même phénomène. Des finissants du secondaire gagne plus cher que la plupart des diplômés universitaires.

Dans les corps de police du Québec, où est requis un diplôme d’étude collégial, on retrouve une situation similaire sauf qu’il y a un point à ne pas négliger. L’aspect risque de la profession. Je comprends que la plupart des policiers du Québec n’ont pas à patrouiller dans un secteur similaire à East LA ou le Bronx de New York mais malgré tout à chaque jour ils mettent leur vie en danger. Ça je leur lève mon chapeau et je comprends qu’ils soient rémunérés davantage que des gens qui sont diplômés de l’université.

Des gens avec peu d’éducation ramasse le gros lot et les diplômés universitaires se doivent parfois de cumuler deux emplois pour boucler leurs fins de mois.

C’est dans ce système que l’on veut continuer de voir le Québec évoluer ?

Moi pas. C’est pour cette raison que plusieurs entreprises ferment et décide de quitter le Québec.
Le ‘cheap labor’ est devenu trop dispendieux. Le salaire minimum est à près des 10$ de l’heure.

Je comprends que 10$ de l’heure c’est peu pour 2 000 heures travaillés par année. Mais qui gagne le salaire minimum? Une majorité écrasante sont des gens qui sont peu scolarisés ou des gens qui ont décidé de faire un diplôme universitaire qu’on peut catégoriser comme chômeur automatique. Exemple: diplôme en arts en histoire ou en littérature.

Je ne dénigre pas ces diplômes, ils sont importants, mais il y a trop de gens qui optent pour ces options.

Pour en revenir aux syndicats, il faut qu’ils cessent cette glorification de la piètre scolarisation. Ça prend un juste équilibre.
Le rapport de force ne doit pas être utiliser pour quémander davantage d’argent auprès de l’employeur.
Trop souvent ces gens sont privilégiés car avec la scolarisation qu’ils détiennent ils ferait 50% moins d’argent s’ils étaient non syndiqués.
C’est là que la syndicalisation est en train de tuer les industries au Québec donc du même coup l’économie.

J’ai fais part dans un récent article qu’au printemps 2014, le taux de chômage au Québec atteindrait les 15%.
Oui d’un côté le Québec a un niveau de taxation trop élevé, de l’autre sa main d’oeuvre n’est pas compétitive par rapport à plusieurs pays asiatiques et sud-américains.  J’ai prédis 15% mais chaque jour qui avance depuis je songe à relever cette prédiction à 20%.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blogue gratuit sur WordPress.com.

Up ↑

%d blogueurs aiment ce contenu :