Quand Sylvie achète son duplex et Caro son condo… la fin est proche.


Caro, endettée jusqu’au cou, réussit à s’acheter un condo.

Sylvie, dans une relation peu stable, vient de s’acheter un duplex avec un hypothèqie de plus de 315 000$.  Les revenus annuels du couple n’excède pas 80 000$.

Aucun de ces propriétaires ne pourra résister à une augmentation des taux d’intérêts.

La fin est proche pour l’immobilier.

Généralement vers la fin d’un cycle haussier en immobilier, ce sont les plus endettés ou ceux qui sont dans une situation plus précaire qui deviennent propriétaire.

Aussi ce cycle est accompagné de projets que certains jugent grandiosent.

La Tour des Canadiens à Montréal est selon moi un de ces projets loufoquent alors que plus de 1 200 unités de condos demeurent invendus à Montréal.  La construction va bon train mais les condos invendus s’accumulent.

Mais il y a pire. Prêteurs, constructeurs, notaires, assureurs et agents immobiliers continuent de nourrir la chimère.

Tout cela à la veille où le Québec, lourdement endetté, pourrait élire un gouvernement souverainiste et où une relâche des prix pétroliers dû à la faiblesse des économies chinoises et indiennes pourrait faire vasciller le dollar canadien.

Rien ne va plus au Québec, faites vos jeux !

Pendant ce temps chez nos voisins du sud, eux aussi lourdement endetté, la situation de l’emploi se détériore, l’économie ne s’améliore pas et jour après jour de nouvelles aubaines immobilières apparaîssent sur le marché.

L’or est à la veille de son grand réveille, jusqu’ici depuis 2002, elle n’aura eu que quelques réveils noctures.  Sa levée est pour bientôt.

10 000$ investi dans l’or aujourd’hui pourrait valoir plus cher qu’une maison unifamiliale en banlieue de Montréal d’ici 2022.  La plus grande poussée inflationniste de l’or de toute l’histoire va la pousser à plus de $30 000 l’once.

Rien ne va plus ici en occident, je vous conseille même de fuire le Québec si vous en avez les moyens financiers et émotitonnels.


11 réflexions sur “Quand Sylvie achète son duplex et Caro son condo… la fin est proche.

  1. Merci pour vos articles.
    À ce qu’on dit,dans les années 80 lorsque le Silver vallait 50$ l’onze,500 à 1000 onzes pouvait acheter une maison,est-ce encore possible une hausse de la sorte?

    Je vais en prospection en Nouvelle-Zélande cet automne,avez-vous un avis sur ce pays?

  2. Ça fait 5 ans que tu dit que l’immobilier va s’écrouler au Québec et pourtant rien n’est encore arrivé. Ça pourrait très bien arriver mais personne ne sait quand. Si vos prévisions ne se sont pas concrétisé en 5 ans, ça pourrait très bien prendre un autre 5 ans avant que ça s’écroule.

    1. Mon cher Derek, en 2000, 2001, 2002, 2003 et jusqu’en 2007 on retrouvait ce même genre de commentaire sur les tribunes pour crucifier ceux qui voyaient venir la chute de l’immobilier aux États-Unis.

      Vous pouvez dire ce que vous voulez, l’important n’est pas que vous vous attardiez sur l’exactitude de ma prédiction sur l’immobilier mais prendre pour conseil que ça s’en vient.

      Si d’ici là ça vous chante de vous surendettez et d’acheter une résidence à 80% plus élevé que son juste prix, c’est à vous les oreilles.

      Moi je vous dis que plus la chute de l’immobilier tardera au Canada, plus ça va faire mal.

      Pis croyez moi, ça va faire mal.

      Plusieurs américains qui voyaient venir la chute de l’immobilier dans leur pays disent aujourd’hui que jamais qu’ils pensaient que la chute aurait fait et continuerait de faire autant de ravage.

      Croyez-moi ici quand ça va tomber, ça prendra plus d’une décennie avant de se relever.

      Comment expliquez-vous qu’il y a plus de 1 100 unités de condos invendus à Montréal, que la croissance démographique de la population est nulle sur l’Île et que les constructeurs n’en finissent plus d’annoncer de nouveaux projets ?

      La pure folie, voilà ce qui explique le phénomène.

      Quand ça va tomber, ça va tomber encore plus à pic.

      Qui fera tomber le tout. Moi je peux vous dire que dans une ville où la croissance démographique est nuelle et que les nouvelles constructions n’en finissent plus de s’annoncer, c’est qu’il y a bon nombre de non résidents canadiens qui en profite pour acquérir leur argent pour en quelque sort mettre leur argent à l’abri au Canada.

      Déjà bon nombre de chinois commencent à vendre leurs condos sur le Plateau Mont-Royal, condos qu’ils n’ont jamais habité pour la plupart.

      Les non résidents canadiens y sont beaucoup pour le gonflement de la bulle immobilière au Canada.

      Donc bientôt un paquet de condos à vendre seront écoulés à prix dérisoire faute d’acheteurs locaux car les étrangers auront quitté depuis belle lurette.

      Ça ce n’est que pour les condos.

      Avec une province endettée jusqu’au cou, une économie qui va mal et un revenu disponible égrainé année après année chez les québécois, qui peut justifier de dépenser plus de 60% de son salaire net pour sa résidence principale ?

      À moins d’être fou ou d’avoir peur de louer, personne de lucide ne peut faire cela.

      C’est pourtant un phénomène qui touche 75% des nouveaux acheteurs au Québec.

      Phénomène très inquiétant car contrairement à ce que vous croyez, ce ne sont pas les banques à charte qui dictent la direction des taux bancaires mais la Banque du Canada. Et la Banque du Canada est à la merci de ses créanciers car le Canada est un pays qui emprunte beaucoup pour une si petite population. Et que dire du Québec et des municipalités québécoises…

      1. Tu l’expliques très bien et je suis d’accord avec tout ce que tu dit. Je disais seulement que l’écroulement de l’immoblier n’est pas nécessairement pour bientôt et que ça pourrait très bien être dans 10 ans, voire 15 ans lorsque la plupart des babyboomers vont soit être décèder, ou soit en perte d’autonomie et placer dans des centre d’hébergements, ce qui se traduirait par une offre massive, donc une baisse importante du prix des maisons.

      2. Chaque jour qui passe au Québec, il y a davantage de maisons à vendre. Il y a longtemps que le marché n’a pas vu autant de maison à vendre pour une saison comme l’été.

        Ça ne sera pas dans 10 ans ça je m’engage, Derek, à vous donner 10$ si l’hécatombe immobilier ne survient pas au Québec d’ici 2012. Mais si je vous demandais le contraire, oh, je ne pense pas que vous vous engageriez dans un tel pari.

        N’oublier pas que la population du Québec vieillit et que ce sont les externes au Canada qui aide le marché à se maintenir. Le beau temps achève en immobilier, dès 2013 le marché sera mauvais par la suite, tout peut s’écrouler à des prix plus bas qu’aux États-Unis.

        5 données sont en faveur d’un hécatombe immobilier au Canada, davantage au Québec.
        – baisse continue du revenu disponible pour les ménages
        – vieillissement de la population
        – taux d’intérêt bas, à un niveau jamais atteint
        – le rythme de construction de ralenti pas
        – l’endettement élevé des différents paliers de gouvernement

  3. Qui aurait dit qu’un jour quelqun puisse acheter une maison pour $10,000.. C’est pourtant le cas à Détroit,(j’ai un ami qui en a achter une)…..

    1. Le même genre d’aubaine viendra ici. Hier je lisais un article que des banquiers canadiens s’attendaient à un recul de 25% du prix des maisons… moi je pense plutôt qu’on pourra bientôt acheter des maisons ici, en fait plutôt des condos, à 2,5% de leur valeur actuel.

      Donc un condo de 250 000$ pourrait se vendre 6250$. Le hic voyez-vous c’est qu’à ce prix il ne se vendra pas à cause des frais mensuels (les fameux frais de co-location) qui seront trop élevés.

      Mais si ces frais de 275$ plaît à du monde, bien oui y aura des condos qui vont se vendre à ce prix. N’espérer pas une remontée à 250 000$ de si tôt par contre.

  4. Moi je répète la même chose : 1970 = salaire trois fois plus bas (pas 11 fois, 3 fois) que 2010. 2010 = maison 11,12 fois plus chères que 1970. Conclusion : les gens vivent avec de l’argent qu’ils n’ont pas, et ça ne va faire qu’un temps, avant qu’une correction s’impose d’elle-même.

    1. En 1970 les salaires n’étaient pas 3 fois plus bas. Regarder juste le salaire minimum. Il n’était pas à 3$ de l’heure en 1970. Donc votre affirmation est erronée.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s