Selon plusieurs observateurs l’Alberta doit rapidement diversifier son économie


Vous rappellez-vous de l’Alberta d’il y a 20 ans.

La province dépendait de la péréquation canadienne et croulait sous les dettes.

Vient un jour l’exploitation massive des sables bitumineux et boom, l’Alberta se retrouve sans dette.

Merveilleux!

Sauf que… Aux dires de plusieurs observateurs l’Alberta doit rapidement diversifier son économie.  Pourquoi donc?

Je ne suis pas en accord avec cette vision mais plusieurs voit d’ici 2020 un baril de pétrole sous les $40.  Ceux qui lisent souvent ce blogue, savent que je parle davantage d’un baril de pétrole au-dessus des $300 mais certains observateurs eux voit un baril de pétrole sous les $40.

Pourquoi sous les $40 et pourquoi je n’y crois pas?  Le pourquoi que je n’y crois pas, je vais vous l’expliquez plus loin.

Commençons sous les $40.  Un peu partout dans le monde il se fait des découvertes d’énormes gisement de pétrole surtout en mer.  Le Brésil et le Venezuala sont de beaux exemples.  Mais il y a aussi le pétrole de schiste, un peu comme on retrouve massivement aux États-Unis (rien à voir avec le gaz de schiste mais on parle de pétrole ici) et aussi comme on a au Québec à l’Île Anticosti.

Aux dires de ces gens, ce sont des milliards de nouveaux barils de pétrole qu’on ajoutera aux réserves mondiales, les États-Unis en auront tellement qu’ils pourront s’auto-suffir et même devenir pays exportateur.

Ce qui enverrait le prix du baril de pétrole sous les $40.  Évidemment, à $40 le baril, l’Alberta ne connaîtra plus son boom actuel, allô les déficits et boom la province pourrair replonger dans l’abîme d’autrefois, d’où le pourquoi l’Alberta doit rapidement diversifier son économie.

Je suis d’accord que l’Alberta doive diversifier son économie et ce qu’importe ce qui arrivera ou pas au marché mondial du pétrole.  Rare sont les entités gouvernementals qui ont su profité à long terme d’une économie monolithique.

Pour le pétrole à $40 le baril, j’en crois rien et je m’explique pourquoi.

Tout d’abord certains pays comme l’Arabie Saoudite ont surestimé leurs réserves de pétrole.  Ensuite la croissance mondiale et la dépendance des gens au pétrole est sous-estimé.

La voiture électrique est un échec en Amérique du Nord.  La chevrolet Volt est un cuisant échec et la Nissan Leaf personne ne l’achète ou presque.  Au Québec, nos innocents de verts qui travaille à Hydro-Québec ont eu l’idée d’établir un réseau de borne électrique pour les voitures utilisant cette forme d’énergie.  Ça ne se bouscule pas aux bornes, en fait ce réseau fait plutôt partie des pertes d’Hydro-Québec ou vous l’aurez compris, que ça réduit son bénéfice net.  J’en ai un peu marre de voir ces verts qui croient que leurs idées peuvent être rentables.

En Asie, la dépendance au pétrole augmente de jour en jour.  La Chine, l’Inde et l’Indonésie représente à eux seuls 39,6% de la population mondiale. En 2020, ils représenteront 45% de la population mondiale. Le développement économique de ces trois pays fait augmenter de jour en jour leur consommation de pétrole.

En 2012, la Chine consomme la moitié moins de pétrole que les américains avec une population quatre fois plus grande.

Vous comprenez qu’il n’est pas loin le jour où la Chine consommera davantage que les États-Unis.  À eux seuls, chinois et américains consommeront bientôt 40 millions de baril de pétrole par jour.  En 2011, le monde produisait 87,5 millions de barils de pétrole par jour et le monde entier en consommait pour 93,2 millions.  Chaque jour il manque 5,7 millions de barils de pétrole à la consommation mondiale.  Ça c’était en 2011.

En 2020, avec l’essor asiatique continue, on peut facilement penser que la consommation mondiale se retrouvera près des 135 millions de barils consommés par jour, et je doute que la production mondiale puisse atteindre ce seuil.  Certes pour palîer au manque de l’Arabie Saoudite qui voit ses réserves fondre comme neige au soleil, le Canada pourra certainement en produire davantage.  Mais il manquera toujours bien 48 millions de barils de pétrole par jour.  Oui le Brésil, les États-Unis, la Russie et le Venezuela pourront en produire davantage, mais il y aura un manque que j’estime entre 10 à 15 millions de barils par jour.

D’où ma vision d’un baril de pétrole à $300 et c’est la même vision qu’à Jeff Rubin, ancien économiste en chef de la CIBC.

Aussi n’allez pas croire que c’est parce que le Brésil, le Venezuela, les États-Unis et le Québec exploiteront davantage de gisements que le prix du litre à la pompe va diminuer.

Non mes amis.  Je vais vous dire pourquoi.  Parce que de raffiner du pétrole de schiste ou sous-marin ça coûte plus cher que de raffiner du pétrole comme on retrouve en Arabie Saoudite.

En 2020, au Québec et en supposant le même niveau de taxation qu’en 2012, le litre d’essence se vendra près du 2,75$. Aux États-Unis on retrouvera un gallon d’ordinaire à près de $7.

Heureusement les fabricants automobiles nous dévoilent année après année des moteurs de moins en moins gourmands.  Vous seriez surpris d’apprendre la consommation d’un Chrysler 300 ou d’une caravane Chrysler Town & Country sur l’autoroute.  Certes on est loin d’une Hyundai Accent, mais on a le confort et c’est pas beaucoup plus cher à rouler.   Je lisais récemment que les merveilles en transmissions automatiques de nos jours rendent caduque l’adage qui veut qu’une transmission manuelle soit plus économique.

L’industrie automobile s’adapte de plus en plus à la réalité du pétrole dispendieux.  Pas encore assez à mon goût mais la technologie s’y adapte petit à petit sans toutefois tombé dans l’excès de inefficace comme la Chevrolet Volt.

Investir dans le pétrole?  Oui sans aucune crainte, surtout si c’est en Amérique du Nord ou en Asie.

Pour revenir à la Nissan Leaf et la Chevrolet Volt ce sont pour moi deux échecs de mise en marché.  Elles me font penser à Microsoft qui veut entrer de plein pied dans le marché des tablettes mais avec un prix de 1100$. Qui voudra acheter une tablette Microsoft de 1100$ alors qu’on peut avoir un iPad d’Apple à $519?  C’est ça le problème.

De grosses compagnie comme Nissan et Chevrolet devraient vendre à perte ces véhicules et attirer un nouveau type de clientèle.  idem pour Microsoft et sa tablette, au mieux la vendre 10$ de moins que le iPad.  Niet!   Samsung l’a compris avec ses tablettes Android.  Elle a compris que si elle veut en vendre elle doit vendre moins cher que son principal concurrent, Apple.  Et ça fonctionne.  Pas assez encore pour ébranler Apple mais elle en vend.

Quelque soit votre domaine d’affaire, je vous fait une petite leçon de marketing ici.  Vous ne pourrez jamais battre votre compétiteur avec un produit similaire et un prix plus cher.  Oui vous en vendrez, mais à long terme ce n’est pas viable.

Mais sachez que je doute de l’honnêteté des fabricants automobiles à vouloir tant vendre d’automobiles électriques.  On sait tous que GM s’est fait sauver de la faillite en promettant à l’administration Obama de vendre la Chevrolet Volt.  Pourtant on sait tous qu’ils se vend plus de Chevrolet Camarao que de Volt.  Vous reconnaîtrez qu’elles sont aux antipodes.

En terminant, c’est ma vision du pétrole à $300 le baril qui me laisse croire que l’avenir en transport c’est le transport propulsé par du gaz naturel.  Actuellement à un prix plancher,  rare sont les entreprises vantant le mérite de voyager propulser par du gaz naturel.  Heureusement qu’il y a Wesport, le leader mondial en moteur propulsé par du gaz naturel.  Eux ont compris et ce n’est pas pour rien qu’en bourse ils pèsent plus d »un milliard et que les actions se sont apprécié de 204% en seulement cinq ans.

 


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s