Ces analystes à la con sur l’or et Apple


Deux articles de La Presse m’ont littéralement choqués ce vendredi.

Je suis outré.

J’en ai marre de voir que des gens écrivent n’importe quoi et que certains analystes sont réellement cons, très cons.

Tout d’abord le premier article est celui-ci, Apple à la croisée des chemins.

Son contenu est simple comme son titre, Apple serait à la croisée des chemins, C’est tellement ridicule.  Parce que hier Apple a annoncé des prévisions de bénéfices et de ventes en deça de ce que les analystes projetaient, voilà que Apple serait à la croisée des chemins.

Comment le vendeur #1 de tablette sur la planète peut être à la croisée des chemins?  Comment le fabricant du téléphone intelligent le plus couru de la planète peut être à la croisée des chemins?

C’est de la pure foutaise.

Au dernier trimestre Apple a généré 36 milliards de revenus avec une marge bénéficiaire net de 40%.  Vous avez bien lu, 40%.  Parce que c’est en dessous du consensus des analystes à la con de 40,8%, voilà que Apple serait à la croisée des chemins.

Faut vraiment être un piètre analyste pour croire que Apple est à la croisée des chemins. Apple vient d’annoncer le iPad mini et savez-vous quoi?  En ce 26 octobre, Microsoft lançait son Windows 8 et devinez de quoi on parlait en techno aujourd’hui?  Du iPad Mini.  Combien ça ferait souffrir les compétiteurs.

Ha mes les analystes à la con pensent que Apple est à la croisée des chemins.

Parce que pour le 1er trimestre de 2013 Apple prévoit des revenus de 52 milliards, elle est à la croisée des chemins.  Bien oui, les analystes stupides prévoyaient 55,15 milliards.  Bien oui, 3,15 milliards de différence qui vont atterré Apple.  Bande de naz, de crétins, d’abruptis (je suis en fûri contre ces personnages qui se pensent Dieu le père et qui ont trop de visibilité).

Avant les résultats d’hier, que je qualifie de très bons, je suis un observateur et non un analyste (fiez vous davantage aux observateurs mes amis), Apple avait dans ses coffres 27,6 milliards en argent et… aucune dette.  Oui chers lecteurs, 27,6 milliards et pas une dette.

Apple trône au sommet des tablettes, des téléphones intelligents, du nombre de chanson télécharger de son site (iTunes) et du nombre d’applications vendus (pour iPad et iPhone).   Ha mais ils sont à la croisée des chemins.

Tarbarnak retenez-moi m’a péter une crise contre ces analystes à la con.  Ces analystes à la con, s’ils avaient une seule once de lucidité à analyser les entreprises technologiques, auraient tous décoté sur le champ Microsoft de livrer un Windows 8 pourri et de vouloir penser conquérir le marché des tablettes alors que Apple domine largement à ce chapître et que ce n’est pas avec un tire poids que Microsoft va enlever des parts de marchés à Apple ou même Google (Android).  Mais non, le jour que Microsoft lance son Windows 8, les analystes stupides (gang de crétins) nous lancent en pleine face que Apple est à la croisée des chemins.  Gang de rigolards.  Si j’étais Patrick Huard ou Martin Matte j’aurais peur que ces analystes à la con les délogent sur la scène humoristique québécoise tellement que leurs analyses sont loufoques.

Attendez ce n’est pas fini… le prochain article maintenant: L’éclat de l’or se ternit.

Celui là après l’avoir lu j’étais hors de moi.

Comment des analystes supposément sérieux et des journalistes possiblement rigoureux peuvent titrer un article que l’or perd de son lustre.

Bon sens qu’il faut être con pour faire ça.

Oui l’or a glissé sous les $1700 US cette semaine.  Et alors?  Y a toujours du monde qui voit de la surenchère partout dès que ça dépasse une appréciation de 10%.

Gang de cons.

Premier bout à étouffer de rire de l’article.

«Les investisseurs font face à des risques considérables pesant sur la croissance économique mondiale à court terme» et peuvent être incité à se délaisser de leurs métaux précieux pour se procurer des dollar, ce qui place le prix de l’or sous pression, ont résumé les analystes de Deutsche Bank.

Ha ha ha!  Quel investisseur sérieux voudrait s’acheter des dollars américains alors que les pauvres américains s’apprêtent à réélire le pire président de leur histoire et qui est incapable de corriger le tir d’un déficit annuel qui explose?  Quel investisseur sérieux voudrait s’acheter des dollars américains alors que les États-Unis s’endettent à vitesse grand V que pour payer l’épicerie.

Aucun investisseurs sérieux ne fait cela.  C’est de la pure manipulation des analystes de grosses banques qui n’ont pas su voir la flambée du prix de l’or qui s’est amorçé il y a 12 ans et qui a encore plus de 20 ans devant elle.  Commet ils ont des regrets ces analystes tentent de manipuler le prix de l’or vers le bas avec leur propos à la con.

L’or, à $1700 elle brille, elle brillera encore davantage quand Obama sera réélu et que la seule solution qu’il trouvera pour relancer les États-Unis sera d’imprimer davantage de billets ce qui devrait envoyer l’or dans la stratosphère plus haute que Felix Baurgartmer à la différence c’est que l’or continuera son chemin jusqu’à la lune au lieu de plonger.

Dans le fond pour les godbugs, des analyses à la con comme ceux de la Deutsche Bank sont une bénédictions, car ils pourront racheter davantage d’or à meilleur prix, ce que souhaite faire sans l’ombre d’un doute la banque, employeur de ces analystes stupides.

Les analystes de la Commerzbank sont plus tempérés.

Il est clair que l’or reste vulnérable» à de nouvelles baisses mais «un rebond dans les semaines à venir est également tout à fait envisageable», ont tempéré les experts de Commerzbank.

Bon rectifions le tir.  L’or est vulnérable certes, mais vulnérable aux propos des analystes à la con qui tentent d’influencer n’importe lequel des quidams de la planète. L’or est actuellement un actif lourdement sous-évalué.  Si on accolait seulement l’or à la lourde dettes des américains, celle-ci devrait valoir $17 000 l’once et non $1700.  Mais les gens en général n’ont aucune idée de la conséquence éventuelle de la lourde dette des américains.

Arrêtez de vous fiez aux analystes fiez-vous aux observateurs.  Les analystes sont quasiment obligé de dire ce que leur employeur veulent qu’ils disent.  Les observateurs eux travaillent que pour eux, ils ont le nez plus fins et donnent de meilleurs conseils.

 

 

 


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s