Le Québec vivra une grande inflation par l’endettement des gouvernements et l’échec évident de la souveraineté.


Qu’est-ce que l’inflation créée par l’endettement des gouvernements ?

Supposons qu’un gouvernement municipal s’endette de 200 millions pour financer un projet d’infrastructure quelconque.

Supposons que cet endettement est pour la construction d’un aréna multifonctionnel.

Évidemment pour rembourser cette dette sur 25-30 ans, ce gouvernement doit augmenter ces revenus.

Comment le fait-il?  En augmentant les taxes foncières résidentielles et commerciales.

C’est ce que bon nombre de PME viennent de vivre à Québec.

Certains voient bondir leurs taxes foncières de 70 000$.

Pour payer une taxe foncière de 70 000$ une PME doit augmenter son chiffres d’affaires de un million.

À qui refilent-ils la facture?  Aux acheteurs.  Qui sont ces acheteurs?  D’autres PME et des individus.

C’est ainsi que l’inflation par endettement se créée.

L’inflation peut se créer de plusieurs façons dont:

  • par endettement d’un gouvernement;
  • par augmentation des tarifs douaniers;
  • par augmentation de la demande;
  • par diminution de l’offre;

Le gouvernement fédéral étudie actuellement la possibilité d’augmenter les tarifs douaniers sur les produits importés de Chine, du Brésil et de l’Inde.  Le Canada songe à tomber dans une forme de protectionnisme quelconque.  C’est malheureux.  Déjà ce protectionnisme à la con nous coûte très cher individuellement au niveau des transporteurs aériens, des télécommunications et des banques.

Évidemment ce protectionnisme va aussi créer de l’inflation.

Au Québec la forme de protectionnisme qu’applique l’UPA avec certains produits agricoles dont le lait, prend en otage toute une population.
Après les gens chialent que ça coûte moins cher acheter du lait et du fromage aux États-Unis.  Évidemment, les américains n’appliquent pas un tel protectionnisme, les prix là-bas sont dictés par le marché.

La création d’inflation par endettement d’un gouvernement est la pire forme d’inflation, celle d’augmenter la masse monétaire vient en second.  Celle-ci souvent créer une augmentation de la demande, mais une augmentation non soutenu.  Ensuite en troisième lieu vient l’inflation créer par proctectionnisme

L’inflation en soi n’est pas un si grand mal tant qu’elle est contrôlée.  Mais plus les gouvernements tentent de la contrôler plus elle s’abîment.  C’est exactement ce qui se passe actuellement au Québec.

Il faut que le Québec se libère des interventions malicieuses du gouvernement dans l’économie.  Plus de 75% des emplois dépendent directement et indirectement du gouvernement du Québec.

Vous comprendrez que le maire Labeaume a beau passé pour certain pour un bon gestionnaire, à mon avis on se rappellera de lui comme un des pires maires à avoir passé à Québec car l’héritage qu’il est en train de façonné est criblée de dettes. Ce n’est pas la mission d’un gouvernement de bâtir un aréna multifonctionnel pour espérer recevoir un jour une équipe de la LNH.

Pour revenir au 75% des emplois qui dépendent du gouvernement, vous comprendrez que je me questionne sur le taux de chômage futur qui sera réalité au Québec.  Le gouvernement du Québec est l’entité gouvernementale la moins solvable en Amérique du Nord.  Il faut absolument que des emplois indépendantes du gouvernement se créés au Québec.  Sinon imaginez-vous que lorsque le gouvernement du Québec n’aura plus la possibilité d’emprunter, alors il va se virer de bord et annuler tout plein de projets d’infrastructure, de versements de subventions et annoncer des compressions budgétaire dans la Santé et l’Éducation. Finalement,  et il augmentera tout plein de tarifs.

Si le gouvernement du Québec annule des projets d’infrastructure ça veut dire que des firmes d’ingénieurs auront moins de contrats et devront effectuer des mises à pieds.

Si le gouvernement du Québec annule ou réduit les versements en subventions à la culture et aux entreprises, cela signifie bon nombre de pertes d’emplois et des fermetures d’entreprises.

Si le gouvernement du Québec annonce des compressions budgétaire dans la Santé et l’Éducation cela signifie des pertes d’emplois massives et une détérioration des services dans ces deux champs.

Si le gouvernement du Québec annonce une hausse de tarifs de ces différents services, cela signifie une nouvelle baisse du revenus disponibles des Québécois.

Toutes ces annoncent  pourraient faire grimper le taux de chômage au Québec à près de 30%.

Or, la capacité d’emprunt à bon taux du gouvernement du Québec tire à sa fin.  Si le Plan Nord n’est pas développé dans les plus brefs délais, New York et autres banquiers du monde vont tirer la plogue sur le Québec.  Cela veut dire une baisse de la cote de crédit du Québec, donc emprunter à plus haut taux.

Emprunter à plus haut taux signifie pour le gouvernement du Québec une capacité d’emprunt largement réduite.

Le Québec a fait le choix d’avoir des programmes sociaux généreux et presque gratuit.  Il n’a malheureusement plus les moyens de ces choix et toute la population du Québec  risque d’en assumer les frais si le gouvernement n’effectue pas un virage à 180 degrés et qu’il délaisse le socialisme de rêvards pour un socialisme « de droite ».

Vous ne voulez pas vivre un Québec avec un taux de chômage à 30% pas plus que moi.  Malheureusement depuis près d’une décennie, ce gouvernement fait pour que ça arrive et en jouant à l’autruche.

Le récent gouvernement du PQ veut promouvoir la souveraineté en nous faisant miroiter qu’on économiserait près de 2,5 milliards en éliminant les dédoublements Ottawa-Québec.  Mais pourquoi qu’un gouvernement lucide ne prend pas le pouvoir à Québec et qu’il ne décide tout simplement pas d’éliminer ces dédoublements tout en demeurant au sein de la fédération canadienne?

Vous allez me dire mais le Québec serait autonome et pourrait décider de sa destinée.

Depuis 1960, lors de la révolution tranquille, le Québec a pu décider de sa destinée et on ne peut que constater l’échec par l’accumulation de près de 200 milliards de dettes.

200 milliards de dettes c’est pour moi 200 milliards de raisons de cet échec et la souveraineté du Québec c’est NON.  Ce n’est pas vrai que le gouvernement du Québec a cumulé 200 milliards de dettes par l’unique situation d’être dans la fédération canadienne.

C’est de la foutaise.

Ce n’est pas d’être au sein de la fédération canadienne qui coûte cher aux québécois, c’est l’entêtement des gouvernements qui se sont succédés à Québec d’avoir un power trip face à Ottawa qui coûte cher aux québécois.

Si un gouvernement décidait d’éliminer l’agence du revenu du Québec et que les québécois avaient à produire qu’un seul rapport d’impôt croyez-moi que le Québec viendrait de sauver beaucoup de centaines de millions.

Si ce même gouvernement décidait de tout éliminer les doublons de son administration face au fédéral, on sauverait des milliards.

Mais aucun gouvernement n’a pris cette décision jusqu’ici.

Pourquoi ont-ils refusé?  Par peur que le Québec perde son identité?  Foutaise, par pur power trip de politiciens du Québec face à Ottawa.

Je ne dis pas que le Québec doit vendre son âme à Ottawa mais il peut éliminer les doublons dans son administration sans aucun problème.  La plupart des autres provinces l’ont fait et devinez quoi?  Elles sont tous plus riches que le Québec à l’exception de l’Ile du Prince-Édouard.

Avant de vouloir faire un pays, une province doit s’assure de ces capacités d’autonomie.  Actuellement le Québec reçoit des milliards en versement de péréquation d’Ottawa.  Ces milliards servent à quoi vous pensez?  Ils ne servent même pas à couvrir les frais de dédoublement de l’administration québécoise face à Ottawa.

Comment espérer devenir souverain alors qu’en le devenant vous vous coupez d’une source de revenus incroyables qu’est la péréquation.  Soit dit en passant recevoir de la péréquation n’est pas une fierté, c’est plutôt l’inverse.  Plus le chèque est gros, plus la province est pauvre.

Madame Marois aime dire à qui veut bien l’entendre qu’un Québec souverain contrôlerait son assurance-emploi.

Mais avec quelle argent, ça demeure un mystère?

Allez qu’on élise un gouvernement capable de retirer les dédoublements administratifs du Québec avant que notre taux de chômage (en fait taux de sans emploi) grimpe à 30%.

J’estime que dans la continuité actuelle du modèle économique du gouvernement du Québec qu’un taux de san emploi 30% sera atteint d’ici 2017.  2017, ce n’est que dans cinq ans chers lecteurs.

Qui vivra verra, malheureusement je ne veux tellement pas voir ça.


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s