Indices de terrain de la croissance de la pauvreté


En amérique du Nord il y a deux indices de terrain qui ne mentent pas en regard de la croissance de la pauvreté d’un quartier, d’une ville.

Le premier l’Espagnol. Plus dans un quartier ou un ville y a de gens qui parlent Espagnol plus la pauvreté s’installe.

Le second les sirènes de police. Plus vous les entendez souvent dans un quartier plus c’est un signe que celui-ci s’appauvrit.

Pour l’Espagnol il y a des cas palpables sur le terrain en banlieue de Miami, dans l’Est de Los Angeles,?dans l’Est de Montréal, dans le Nord-Est de la métropole, dans le Nord de Manhattan, à plus petite échelle dans le Vieux-Longueuil ainsi que dans Saint-Hubert (secteur Laflèche) même à Drummondville, Sherbrooke et Rimouski. Résultat la pauvreté s’accroit à tous ces endroitd. Allez sur le terrain vous verrez.

C’est la mème chose pour les sirènes de police. On ne les entend pas beaucoup à Lennoxville mais dans l’Est de Sherbrooke près du Cégep c’est terrible. Pareil dans St-Miche et Villeray alors qu’il y a 10 ans on les entendais moins, maintenant c’est plus de deux fois par jour. Allez souper dans un restaurant de Westmount ou d’Outremont. Pas de sirènes de police en soupant. Faites la même chose dans St-Michel, Ho-Ma ou Verdun… C’est incroyable

Allez sur le terrain vous verrez ces deux indices ne mentent pas.

PS: je vous mets au défi de me trouver au Canada ou aux États-Unis un quartier majoritairement hispanophone et riche. Bonne chance!


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s