Le défi de Nicolas, les ennuis des québécois


Le ministre des Finances du Québec, Nicolas Marceau, a annoncé aujourd’hui que les revenus du gouvernement sont en chutes car les québécois dépenseraient moins, constat qui a été fait avec les chiffres en baisse des ventes au détail.
M. Marceau n’a rien trouvé de plus intelligent à dire que c’est parce que les québécois économisaient davantage.

Or, le taux d’épargne des québécois n’a jamais été aussi bas dans l’histoire et le taux de sans emploi demeure élevé.

La réalité que le ministre nous cache c’est que le revenu disponible des québécois est en chute libre. Ces derniers font face à des coûts pour se loger qui sont faramineux et ce même en période de bas taux hypothécaire.

Les québécois consacrent une importante partie de leur revenu disponible au logement, en moyenne près de 55%.  Il en reste peu pour les vêtements, l’épicerie et le transport et le remboursement des dettes.  Côté loisirs, c’est Mastercard ou Visa qui financent la plupart du temps.

Donc le défi de Nicolas Marceau de ramener un budget équilibré est quasi mission impossible.  Mission impossible tout à fait, même s’il demandait au président du Conseil du Trésor du Québec de couper dans la fonction publique.

C’est terminé, plus jamais le Québec ne pourra avoir un budget équilibré sans faire défaut de paiement sur la dette.

Dégraisser l’État aurait pour conséquence d’augmenter le taux de sans emploi.  Ce qui n’aide en rien le gouvernement puisque sans emploi, les ventes aux détails ne peuvent être stimulées, donc les revenus de la TVQ dans le même sens.

Mais si le ministre des Finances s’engageait dans un calendrier de deux ans avec lourds déficits et par la suite des surplus, est-ce que les gens le suivrait?

L’idée est possible.  Car le but ultime pour augmenter les recettes fiscales du gouvernement du Québec est de créer de l’emploi.

Mais créez de l’emploi que ce soit le PQ ou le PLQ au pouvoir, ça toujours été fait à coups de subventions ou de prêts à bas taux cautionnés par l’État.

Ce n’est pas la bonne recette.

Ce que le ministre devrait annoncer c’est la baisse graduelle d’impôts aux entreprises jusqu’à l’élimination complète afin d’éventuellement éliminer l’évasion fiscale et de mousser les investissements d’entreprises au Québec.

L’élimination complète des impôts et des subventions aux entreprises fera augmenter le taux d’emploi au Québec à un record sans précédent.  Des sièges sociaux internationaux voudront s’établir au Québec à cause de l’impôt inexistant.  Des milliards de dollars tomberont subitement sur le Québec. Imaginez le Québec devenir en quelque sorte une forme de Suisse de l’Amérique du Nord.

Par la suite, le gouvernement fait le ménage dans sa propre cour en éliminant la portée de ses tentacules et en s’impliquant de moins en moins dans l’économie québécoise pour baisser le taux de dépendance au gouvernement d’emploi de 80% actuellement à moins de 30%.

Viendra donc des surplus incroyables pour le gouvernement qui pourra enfin rembourser sa dette et son capital pour par la suite graduellement diminuer les impôts aux individus jusqu’à tes taux plus que compétitifs par rapport au reste de la planète.

Mais je le sais je rêve. Aucun gouvernement socialiste sait compter, donc ils continueront de vouloir augmenter la portée des tentacules de l’État québécois dans l’économie ce qui mènera le Québec à une éventuelle faillite.

Dommage!

Mais Nicolas Marceau a le pouvoir de changer des choses. Mais il ne le fera pas de la bonne façon.  Il le fera à la sauce socialiste et malheureusement l’argent des autres manquent présentement pour maintenir le climat socialiste auquel les québécois ont été habitué.

Comme le ministre n’a plus de marge de manoeuvre, tout ce qu’il adoptera hors de la solution que je lui propose ne fera que gonfler le problème.

En terminant, je me demande si Marceau a évoqué avec erreur que les québécois épargnaient parce que l’idée derrière sa tête est peut-être de taxer l’épargne…

Bonne chance Nicolas!

 

 


5 réflexions sur “Le défi de Nicolas, les ennuis des québécois

  1. La baisse d impos au entreprises au federal a cree 0 emplois je crois qu une baisse de la charge fiscal des particulier serais plus rapide et efficace les gens depence et n economise pas les compagnies garde dans leur caisse depuit 3 ans.

    1. C’est faux la baisse des impôts aux entreprises a créer beaucoup d’emploi au Canada, hors-Québec.

      Si les entreprises ne payaient aucun impôt, on aurait au Canada, Québec, des sièges sociaux internationaux bourrés de fric et qui investiraient ici.

    1. Chose certaine si la guerre pour attirer les entreprises devait voir le jour, le Québec est armé d’un petit tire-poids acheté chez Dollarama.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s