5e, 6e, 7e et 8e indices de terrain de la croissance de la pauvreté et avec qui en jaser.


Ces indices ne plaisent pas à tous jusqu’ici mais pourtant ils sont tellement révélateurs.

Comme 5e indice: le vieillissement du parc automobile d’un quartier, d’une ville, d’une province…  Plus vous voyez de vieilles voitures, je ne parle pas de belles d’autrefois, mais des voitures de 10 à 12 ans d’âges et plus, plus la pauvreté s’est installé.  Par exemple à Montréal c’est fou comme on peut observer le vieillissement du parc automobiles dans certains quartiers. (Ahuntsic est un bon exemple, de même que Ville-Marie).  À Sherbrooke, on voit de plus en plus de voitures rouillés, et conduites par des gens qui ont de bons revenus.  Mais moins bons qu’avant selon eux.

6e indice de la croissance de la pauvreté:  l’augmentation du nombre de salons de massages. Les ‘massage parlor’ comme disent les anglophones. Ces établissements ont tendance à s’installer dans les endroits les plus pauvres des villes.  À Montréal dans l’arrondissement Villeray, le comté fédérale de Justin Tudeau, c’est fou comme ça pousse et d’autres s’affichent de façon plus légale avec des vitrines plus discrètes mais sont tout de même ouvert de 9h à 21h.  Ne confondez pas massage et massothérapie.

Assoyez vous dans un café non loin d’un de ces établissements si ça vous est possible, vous y verrez entrer que de jolies jeunes femmes habillés sur leur 36 et que des hommes trentaines avancées et plus, ressortant 30 à 90 minutes plus tard alors que les jeunes femmes elles sortent au bout de 3h à 7h.  C’est le massage nu, suivi d’une petite branlette ou davantag.  Ho, Je n’ai rien contre ces établissements, mais de mon point de vue, quand ils poussent, c’est un signe que la pauvreté s’installe et bien ancré.  Même le Plateau Mont-Royal à Montréal a de ses établissements et légèrement masqués par des noms contenant Santé ou encore Détente. Je me souviens il y a quelques années sur Bank Street à Ottawa le nombre de ces établissements qui s’affichaient sans scrupules sur la rue.  Bien y en a plus autant qu’autrefois et la rue Bank s’est revitalisée.

Oui on se rendra à 10 indices de terrain de croissance de la pauvreté, d’autres sont à venir. Mais je voudrais ajouter quelque chose sur des gens qui peuvent vous renseigner sur une ville un quartier.  Ce sont des gens près des gens et qui parcourent le terrain à chaque jour. Ce sont les chauffeurs de taxi.  Demandez-leur leurs opinions sur différents sujets, sur un quartier de la ville, sur un type de commerce.  Ils vous le diront tant que ça vient pas les mettre en péril.  Je me souviens d’il y a quelques années dans Vancouver – Est, un chauffeur de taxi qui me ramenait du centre-ville me demandait ce que j’y faisait et combien ce coin de la ville était dangereux.

Ce sont les gens les mieux renseignés, on pourrait congédier les offices de tourismes et n’engagez que les chauffeurs de taxi, ils sont une mine de renseignement et ils connaissent le terrain.  Chaque fois que je prends le taxi, je ne manque jamais l’occasion de discuter avec eux de sujets de terrain.

Souvent pas besoin de lire des étuds macroéconomiques… les chauffeurs de taxi sont mieux renseignés.

Un 7e indice de terrain et c’est la même chose un peu que les salons de massages, un indicateur sans équivoque pour moi.  Le nombre de commerce reliés à l’industrie des tatous, tattoos, écrivez-le comme vous voulez cous comprener ce que je veux dire.  Plus ce genre de commerce poussent sur la rue, plus la pauvreté c’est installé dans le quartier.

Un 8e indice… encore au niveau des commerces.  Les pawn shop, appellés en français prêteurs sur gages. Ce type de commerce attirent la pauvreté ou la pauvreté attire ce type de commerce, je l’ignore. Mais quoi qu’il en soit plus un quartier a de pawn shop, plus vous devriez renoncer à y acquérir une résidence.  Je n’ai rien contre ces commerces mais ils sont un indice indéniable.  À Montréal, sur les rues Ontario et Sainte-Catherine dans l’Est, un des endroits les plus pauvres au Québec, les pawn shop y sont là bien érigés sur la rue.  Sherbrooke a vue aussi ce nombre de commerce proliférer dans certains quartiers, de même que Gatineau et Québec.  C’est tout de même un bon endroit pour trouver des articles que vous ne trouverez pas ailleurs et à prix abordables.

 


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s