Québec fait fausse route avec l’électrification de l’économie


Dans son plan pour relancer l’économie déposé cet après-midi, Pauline Marois et Nicolas Marceau font fausse route.

Tout d’abord Pauline Marois veut que la flotte de véhicules du gouvernement prenne le virage électrique.  Le gouvernement n’a pas les moyens de ces acquisitions. Un véhicule électrique se vend plus cher à l’achat, parfois le double du prix, son coût d’entretien est plus élevé et son autonomie moindre, encore plus spécifiquement en hiver.

Viens ensuite le ‘dumping’ électrique que Québec veut offrir aux entreprises.  Rien de nouveau sous le soleil elle le fait déjà depuis belle lurette.  Ça n’a pas empêché des entreprises de quitter le Québec et de faire faire leur production ailleurs dans le monde ou encore de diminuer leur production, ce qui est le cas avec le secteur de l’aluminium.

Alors que les américains sont en train d’envahir la planète avec leur gaz naturel et du même coup faire baisser les prix, le Québec choisi l’électricité, plus coûteuse et les américains de leur côté n’attirent pas plus de nouvelles entreprises.  Leur économie est à plat, la nôtre est sur le bord d’être six pieds sous terre, car le principal moteur économique de la province, c’est le gouvernement.

Vraiment, si ce plan d’électrification avait été mis de l’avant en 1996 ou en 2000 on aurait pu croire au génie de Marois et Marceau.  Mais 13 ans plus tard, avec une économie nord-américaine à terre et des prix des ressources naturelles tel que le gaz naturel au plancher, le plan Marois-Marceau c’est de grands coups d’épée dans l’eau, voire même qu’il fera reculer le Québec.

Noter que le Québec se retrouve en surplus énergétique électrique parce qu’il n’exporte plus autant qu’avant son électricité.  Ce qui fait mal à son exportation, encore une fois c’est le gaz naturel à bas prix que les américains produisent, et qui sont de leur côté, en surplus énergétique de gaz naturel.

Car en plus d’être en surplus énergétique d’électricité, le gouvernement Marois pas plus bright que les autres qui sont passés là avant, achète à gros prix de l’électricité produit par les parcs privés d’éoliennes et la revende à moindre coûts.

Ce que Marois aurait dû annoncer aujourd’hui c’est de réduire les impôts aux entreprises et de les abolir graduellement d’ici 2020. À cette date, le Québec frôlerait le plein emploi.  À la place le Québec fera un Espagne, une Grèce ou un Portugal de lui-même.

Le gouvernement Marois risque de perdre la face aux prochaines élections pour sa performance en économie.  Mais le pire c’est que ceux qui risquent de gouverner, les Libéraux, ne sont guère mieux.

Le prochain gouvernement majoritaire du Québec mènera la province à sa faillite.

De plus il faudrait que le tandem Marois-Marceau cessent de jouer aux hypocrites et d’annoncer des créations d’emplois subventionnés à l’os ou encore de verser à outrance des subventions aux entreprises, autrement dit, de s’acheter des emplois.

Statistiques Canada publiera cette semaine les données de l’emploi pour le Québec, en septembre.  Ne vous attendez pas à rien d’éclatant, mais plutôt au pire car septembre est la conclusion du troisième trimestre de l’année.

Comme investisseur, évitez donc le Québec.


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s