Si seulement c’était un début d’austérité au Québec


On voit dans les médias québécois depuis quelques semaines le mot austérité utilisé à toutes les sauces.

Pourtant le gouvernement du Québec n’est même pas dans l’ombre d’un mode d’austérité.

Si les québécois croient qu’ils sont entrés dans une période d’austérité, ils ont encore rien vu.

Tant et aussi longtemps que le gouvernement du Québec aura son nez partout pour créer de l’emploi, gérer l’Éducation, la Santé et le réseau de Centres de la Petite Enfance (CPE), le trouble financier sera omniprésent.

Depuis 45 ans, le gouvernement québécois ne réussit pas à bien géré une seule de ses entités.  Si vous croyez le contraire, je vous mets au défi de m’en nommez qu’une seule.

Bonne chance, vous en aurez besoin.

Le ministre des Finances du Québec a récemment dit aux québécois que le pire était passé et que l’an prochain il aurait besoin que d’aller chercher un milliard supplémentaire.

Malheureusement il se trompe et royalement.  Ses prédictions de croissance économique pour le Québec sont loufoques et de plus la récente baisse des prix de l’essence à la pompe fait en sorte que le gouvernement du Québec récolte beaucoup moins de taxes en revenus.

Sans compter que le gouvernement ne contrôle plus ses dépenses en Santé, ni en Éducation et encore moins dans le réseau des CPE. Quand un gouvernement est rendu à contrôler ses dépenses en diminuant les services à la population, c’est qu’il ne contrôle vraiment pu ses dépenses.  C’est le cas du gouvernement du Québec.

Résultat l’an prochain c’est davantage aux alentours de 4 à 5 milliards que le gouvernement aura besoin d’aller chercher.  Peut-être davantage.  N’oublions pas non plus que le gouvernement du Québec ne contrôle pas les taux d’intérêts sur sa dette. Si les taux devaient monter, ses coûts sur la dette augmenteraient aussi.  Ce serait donc de 6 à 7 milliards que le gouvernement devrait aller chercher l’an prochain.  C’est beaucoup demander à une population de 8,2 millions qui croit majoritairement à chaque jour que le gouvernement est la solution à la pauvreté, à la création d’emploi, à la gestion des CPE, de la Santé et de l’Éducation.

C’est pourtant tout le contraire.  Il faut sortir le gouvernement de toute cette gestion et donnez plus de place aux individus qu’au gouvernement.

Alors si vous pensez qu’on entre en période d’austérité, on est à des kilomètres de ça.  L’austérité viemdra lorsque le gouvernement du Québec ne sera plus capable de faire face à ses obligations de remboursements d’intérêt.  Ce jour est plus proche qu’on peut le penser.

Si vous êtes jeunes et avez moins de 30 ans et êtes diplômé. Le meilleur conseil que je peux vous donner pour votre carrière est de partir du Québec.

Quant aux investisseurs, évitez les placements au Québec le plus possible.  Y a plus d’avenir ici.  Le gouvernement manipule les chiffres de l’emploi, les chiffres de l’inflation,  et a encore la main mise sur plus de 80% des emplois directs et indirects au Québec.

Tant que ce pourcentage ne sera pas en deça de 50%, évitez le Québec comme place à investir.  Certes il peut y avoir quelques occasion d’investir mais elles seront plus rare que dans un marché comme l’Alberta ou l’Ontario, des endroits où faire des affaires sont pas mal plus simples qu’au Québec et où le consommateur n’est pas étouffé.
Le Québec est plutôt en train d’entrer dans une grande Dépression que dans une période d’austérité.  Ce qui se passe en Grèce vous n’avez encore rien vu, le Québec fera mieux, on est champion quand c’est le temps de battre des records de médiocrité.

Évidemment des gens vont croire que la solution à ça c’est d’élire le PQ ou la CAQ… Non justement il faut en finir avec les partis socialistes qui croient que l’argent poussent dans les arbres et qu’y veulent donner davantage de pouvoir au gouvernement et moins de liberté aux individus.  Ça fait 45 ans que ça dure, vous n’êtes pas tannés?


4 réflexions sur “Si seulement c’était un début d’austérité au Québec

    1. Les gens blâment le gouvernement, chiâle et élise le même type de gouvernement, tantôt un fédéraliste et tantôt un souverainiste mais avec la même vision de gestion, de faire payer les autres et les générations futures. Après quand le Québec fera faillite, ils vont blâmer le gouvernement.

      1. ben oui.

        mais j’ai pas le temps d’élaborer la dessus j’ecoute cine-cadeau.

        pis meme si j’elaborais… who fuckin’ care… le monde tourne a la vitesse de ceux qui tire les ficelles…

        c’est pas toé
        c’est pas moé.

        il faut accepter son role dans la fourmilieres.

        est ce que les fourmies ont un internet de fourmies?
        😉

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s