Le Québec tarde à entrer à fond dans l’ère de l’économie collaborative


Depuis je dirais 2 ou 3 ans on voit de plus en plus augmenté la popularité de l’économie dite collaborative surtout chez nos voisins du Sud, les américains.

Mais le Québec tarde à y entrer à fond.

Le syndicats mettent des barrières, certains marchands se rebellent, d’autres en profitent largement.

Qui n’a pas déjà laisser un commentaire d’appréciation ou de plainte sur un site Internet de recommandations de restaurants?

Qui n’a pas déjà acheter un forfait quelconque sur un site Internet d’achats regroupés?

Jusque là pas trop de problème plusieurs personnes l’ont fait et apprécie la facilité de trouver un bon restaurant ou encore l’économie de l’achat regroupé.

Qui a déjà utilisé UberX pour aller d’un point A à un point B à Montréal?

Qui a déjà utilisé Wazer pour mentionner qu’il y avait un nid de poule à tel endroit, un policier à un autre ou un bouchon de circulation à un autre endroit?

Qui a déjà utilisé AirBnB pour un séjour de vacances au Québec?

Mmm ça se complique n’est-ce pas?

Le consommateur est content d’UberX ou AirBnB mais les commerçants et les employés comme des chauffeurs de taxi affichent leur méconcentements.

En fait tout ce que j’ai énuméré plus haut fait partie d’une économie dite collaborative.  Le téléphone intelligent contribue beaucoup au développement de cette économie.

Les gens collaborent entre eux afin d’améliorer leur qualité de vie et de profiter au maximum de leur argent.

Sauf que… les dinosaures ne sont pas contents.

Qu’est-ce que j’entends par dinosaures?

Ceux qui réclament de la règlementation pour restreindre le développement technologique et la baisse des prix en faveurs des consommateurs.

Ils sont les syndicats, les associations d’hôteliers, les propriétaires de permis de taxis etc…

Et pourtant je ne vois pas en quoi un Holiday Inn, un Sheraton ou l’auberge XYZ a peur d’AirBNB.  C’est connu les hôteliers de Montréal font la majeure partie de leurs profits durant la semaine du Grand Prix de Montréal.  Il en va de même pour d’autre situés à proximité de divers événements culturels comme le Festival International de Jazz de Montréal, Juste pour Rire, les matchs des Canadiens de Montréal, de l’Impact ou des Alouettes.

Ce n’est pas les 300 ou 500 propriétaires de Montréal qui adhéreraient à AirBnB qui changerait la donne en matière de location d’espace

Ce n’est que la peur de la compétition d’un AirBNB qui effraie les hôteliers de Montréal.  Pourtant Trivago, Expedia, Hotels.com contribuent à cette compétition.  Alors ce n’est pas AirBNB qui va changé la donne.  Du moins oui, mais pas assez pour ébranler l’établishment hôtelier de Montréal.

Il en va de même pour UberX.  Pourquoi les chauffeurs de taxi de Montréal manifestent-ils contre UberX?  Pour aucune raison valable.  Oui vous avez bien lu, aucune raison valable.  Des chauffeurs paient jusqu’à 250 000$ pour un permis de taxi à Montréal.  Il est à le problème.  Ce permis ne devrait pas coûter 250 000$.

Si les chauffeurs sont mécontents d’UberX il y a une alternative pour eux.  Quitter le monde du taxi et adhérer à UberX.

Des chauffeurs de taxi l’ont dit, UberX ne va pas chercher plus de 10% de leur clientèle.  Alors pourquoi s’opposer à une saine compétition pour le consommateur sinon que de vouloir maintenir les prix élevé avec ce cartel du taxi?

La compétition d’UberX force les chauffeurs de taxi à être plus courtois au volant, plus poli avec les clients, d’améliorer leur service à la clientèle, c’est ça en réalité qui dérange le chauffeur qui ne veut pas s’améliorer pour mieux servir sa clientèle.

Certaines villes américaines voient très bien la co-habitation d’UberX, Lyft et les chauffeurs de taxi locaux.  C’est le consommateur qui en profite.  Pourquoi pas ici?

J’ai personnellement utilisé UberX à Montréal et j’ai été plus que satisfait.

Mais ici au Québec les syndicats, les associations quelconques, les cartels sont trop forts.

Ils ont peur de la technologie et de la compétition pour deux simples raisons:  protéger l’incompétent et priver le consommateur d’une baisse des prix.

Côté agriculture ont observe la même chose avec l’UPA, récemment aussi avec la Fédération des producteurs acéricole du Québec qui disent protéger les producteurs alors qu’ils prennent plutôt les consommateurs en otage en contrôlant la production (l’offre) et les prix.

Ce qui est illégal ce ne sont pas les AirBNB, UberX mais l’UPA, le cartel des propriétaires de taxi, la Fédération des producteurs acéricole du Québec et autres associations du genre qui prennent le consommateur pour un con.

Jim Rogers, dans son livre, Adventure Capitalist le disait.  Trop de règlementation tue l’économie d’un pays.  Il mentionne dans son livre le cas éloquant de l’Inde qui est au prise avec une paperasse incroyable pour développer une business là-bas.

Le Québec c’est presque l’Inde.  Il y a trop de règlementation qui protège le fainéant et les dinosaures réfractaires au changement pour le mieux.

Quant aux investisseurs, n’hésitez pas à adopter une vision à long terme en investissant dans les joueurs de l’économie collaborative.

Ce n’est pas parce que le Québec bloque cette économie collaborative que c’est automatiquement mauvais.

Le Québec est une société distincte mais de plus en plus je commence à comprendre que sa distinction est son favoritisme à se tirer dans le pied avec une sursyndicalisation et trop de règlementations et de donner trop de places à un gouvernement favorables à cette sursyndicalisation et cette règlementation qui fait en sorte qu’il devient de plus en plus gros et rend la provine non pas en mode inerte mais dans un mode de reculons très avancée.

En terminant, parlant de dinosaures et de sursyndiqués… les facteurs de Postes Canada.  Comment expliquez vous que je commande une clé USB de 8 gigs de Chine à 5,99$ et qu’on me l’expédie gratuitement par courrier recommandé (signature obligatoire) pour un total sans taxes de 6,99$.   Alors que si je prends la même clé USB reçu de Chine et que je veux l’expédier de Montréal à Winnipeg ça me coûte plus de 10$?

Vous comprenez, il me serait impossible de commander de Chine 100 clés USB à 599$ et d’en augmenter l’inventaire de mon commerce et espérer vendre en ligne ces mêmes clés.  Car le minimum que je pourrais les vendre en espérant qu’un maigre 10% de profits, expédition incluse, serait de 17,59$ plus les taxes applicables.  Ce qui ne fait aucun sens.

Il serait temps que Postes Canada passe aussi en mode collaboratif.

Le gouvernement du Québec qui règlemente à outrance le crowd funding est un autre cas de trop de règlementation qui nuie à l’économie du Québec.

Après on se demande pourquoi tant d’entreprises ferment et quittent le Québec de même que de nombreux citoyens.

Le gouvernement du Québec n’encourage pas cette économie collaborative qui pourtant créerait de la richesse car au bout du compte ce sont les citoyens qui bénéficient de meilleurs prix.

 

 

 


Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s